• 102

    102

     

     

    Son regard ne pouvait se détacher du papier glacé. Comment ?
    Abigail ferma les yeux et les rouvrit. La scène figée n'avait pas changé. Elle recommença, plus fort cette fois-ci , mais la photo resta identique. Immortalisé à jamais sur un morceau de papier, le sourire hypocrite de son père la narguait encore. Abigail passa la main sur cette silhouette qui n'avait rien à faire là et qui fixait l'objectif de ses grands yeux bleus pâles. Il tenait dans ses bras une petite Mattie âgée d'un peu plus d'un an.

    Mattie …

    Une grosse larme chaude roula le long de sa joue avant de venir s'écraser sur le parquet. À l'époque de cette photo, elle était loin de se douter de sa tragique destinée. Elle était loin de se douter que jamais plus son rire enfantin ne résonnerait à ses oreilles. Que jamais plus ses jolies yeux bleus pétilleraient de joie. Que jamais plus le parfum écœurant de la Mort ne la quitterait.

     

    Mattie …

     

     

    102

     

     

    Son cœur se serra et elle chassa du revers de la main ses pleurs. L'avenir n'est pas qu'une vaste illusion, il existe bel et bien, et il sera ce qu'on en fera. Même si Mathilde ne serait plus jamais à ses côtés, elle vivrait à tout jamais à travers elle et elle ne devait pas se laisser abattre.

    C'est ce qu'elle s'était dit lorsqu'elle avait eu un peu de courage. C'est ce qu'elle s'était forcée à croire lorsqu'elle avait emballé ses quelques affaires dans un sac et qu'elle avait quitté sa chambre tandis que son père remontait la rue en voiture pour partir travailler. Mais aujourd'hui, que reste-il de cette élan de force éphémère ?
    Rien. Il ne reste plus rien. Il ne lui reste plus rien. Loin de tous ses repères, loin de ce père autoritaire, loin des souvenirs de sa sœur, elle n'était, au final, plus qu'une vaste page vierge. Elle était une adolescente parmi tant d'autres, une adolescente qui venait de renaître, et ici, avec Eden, elle avait commencé sa nouvelle vie. Mais elle n'avait pas pu se résoudre à tout abandonner. Partout où elle allait, elle se se séparait jamais de cette photo, sa relique la plus précieuse.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :