• 103

    103

     

    Elle dessina de son index le contours du visage de sa mère. Maintenant qu'elle avait repris sa couleur naturelle, elle trouvait qu'elle lui ressemblait beaucoup plus. C'était d'elle qu'elle avait tiré ses yeux gris, son nez fin et ses cheveux châtains. Mais son visage, bien qu'encore marqué par les rondeurs de l'enfance, lui semblait beaucoup plus fin. Et puis il y avait aussi son air fatigué. Était-elle déjà malade à l'époque ? Son cœur se serra. Elle n'avait plus eu de nouvelles de sa mère depuis des années déjà et elle n'avait jamais réussi a lui en vouloir, même si elle n'avait jamais vraiment réussi a saisir ses choix. Elle était peut-être morte maintenant ...

     
    Elle porta ensuite son attention sur son propre portrait. Ses cheveux nattés étaient couleur d'or. À cette époque, personne ne pouvait la soupçonner d'être brune et elle même ne comprenait pas pourquoi cela était un secret. Alors tout juste âgée de neufs ans, sa propre mère lui faisait ses colorations régulièrement et lui coupait les cheveux.

     Puis vint le tour de Mattie. Mathilde, petit ange d'à peine un an et demi. Le soleil brillait en cet après midi de printemps et il faisait vraiment bon. Alors comme une famille normale, tout ce petit monde s'était rendu au parc municipal pour profiter de ce temps si clément. Au moment de la photo, Mattie n'arrivait plus a garder les yeux ouverts, trop épuisée car elle n'avait pas voulu faire sa sieste. Sa tête reposait lourdement sur l'épaule de son père …

     

    103

     

    Papa … Il souriait. Un de ces sourires qui se voulait chaleureux et qu'il réservait la plupart du temps à ses clients. Lors de cette journée, il s'était comporté comme un bon père. Assis sur un banc, il surveillait du coin de l’œil ses deux filles qui s'amusaient ensembles sur une balançoire avant de finalement se joindre à elles. Ils avaient ri tous les trois comme si de rien n'était. Comme si toutes les autres journées de colère n'avaient jamais existé. Ils avaient ri, comme si rien n'était. Mais tout ceci n'avait été qu'apparence et les choses avaient vite repris leur cours normal. Aussi, lorsque Abigail avait retrouvé cette photo dans un des albums que sa mère tenait, elle s'était très rapidement retrouvée submergée par un sentiment très violent de haine et elle avait recouvert le visage de cet homme au marqueur noir pour ne plus jamais revoir ce sourire hypocrite. 

    Elle s'était laissée tomber sur le plancher et elle n'avait pas pu retenir ses larmes. Sa vie était gâchée pour le restant de ses jours, et même si elle se trouvait désormais loin de son cauchemar, elle ne pourrait jamais être une ado comme les autres. Aujourd'hui, elle était seule, et elle le resterait jusqu'à ce que sa propre fin arrive. Tout ça a cause d'un homme qui trouvait encore moyen de la narguer. Folle de rage à nouveau, elle posa la photo sur le sol et à l'aide de son ongle et elle gratta le papier là ou son père se trouvait. Elle ignorait comment cette photo était revenue à son état d'origine, mais ça ne serait pas le cas encore très longtemps.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :