• 109

    109

     

    Il ferma à nouveau les yeux et lorsqu'il les rouvrit, il n'était plus seul dans la pièce. Proche de son corps allongé, Eden lui souriait, ses yeux azurs n'exprimant rien d'autre que de la bienveillance. Cyal se releva alors et le détailla avec beaucoup d'attention. Qui était-il vraiment ? Le démon ne connaissait pas la réponse. Du moins, il ne la connaissait pas en entier. Ses pouvoirs lui permettaient d'accomplir de grandes choses, mais même au bout de deux siècles, il n'avait pas encore assimilé leur fonctionnement. L'individu qui lui faisait face n'était pas réel, ça il le savait : ce n'était rien d'autre qu'une représentation qui flottait dans l'esprit d'Abigail. Mais il ne savait rien de plus. Était-ce un souvenir ? Une pure invention ? Avait-il seulement existé ? Il en ignorait la réponse, mais ce dont il était sur, c'était que la douceur d'Abigail venait de lui. C'était lui qui lui procurait un semblant de forces et même si elle l'avait occulté de sa mémoire pendant tout ce temps, jamais son inconscient ne l'avait vraiment oublié. Eden, c'était celui qui lui avait redonné un peu d'espoir, montrant à l'adolescente qu'elle était à l'époque que la nature humaine n'était pas que pure cruauté.

     

    109

     

    Doucement, il se releva du matelas et s'approcha de l'apparition. Il était grand -presque aussi grand que lui- et de longs cheveux dorés tombaient dans son dos. Il s'avança d'avantage et de son index, il dessina les contours de sa mâchoire. L'image de ce jeune homme était envoûtante et Cyal comprit que si Abigail avait eu confiance en lui, c'était parce qu'il n'avait aucun trait masculin caractéristique et que son visage, finement dessiné, ne laissait transparaître aucune trace de malveillance.


    - Qu'es-tu ? souffla le démon en en le fixant avec plus d'attention.


    Le sourire d'Eden s'élargit un peu plus, dévoilant ses dents blanches et bien alignées, et Cyal fut convaincu que quelque chose clochait. Cette perfection … Même lui, l'être immortel, avait conscience de ne pas atteindre une telle beauté physique. Que ce soit sous sa forme humaine ou celle démoniaque, la perfection ne lui serait jamais accessible. C'était d'ailleurs pour ça qu'il s'était mis à tuer de son vivant …


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :