• 125

    125

     

     

    Attablée après son service, Abigail soufflait un peu. Bien que l'établissement ne soit pas très fréquenté en journée, le monde qui affluait les soirs d'été avait de quoi la maintenir à la plonge un bon moment. Il était presque deux heure du matin et enfin, elle pouvait respirer. Nous étions dimanche – enfin lundi matin très tôt- et seul Martin était encore là. Enfermé dans son bureau, il devait certainement compter la recette de la journée. Alors, perdue dans ses pensées, elle sursauta violemment lorsque la porte vitrée de « Chez Bennett et Fils » s'ouvrit. Son cœur s’accéléra, et l'espace d'un instant, elle crut un truand de bas étage venait vider la caisse. Mais elle se calma aussitôt quand elle reconnut la silhouette d'Heather. Emmitouflée dans un grand imperméable dégoulinant, elle s'essuyait les pieds sur un tapis spécialement mis là pour l'occasion, un orage violent ayant éclaté un peu plus tôt dans la soirée.

     

     

    125

     

     

    Abby gratifia la femme d'un large sourire sincère et elle alla l'accueillir. Heather venait souvent rendre visite à Martin, mais jamais aussi tard. Que voulait-elle ?

     

    D'après ce qu'elle avait pu comprendre, Heather et Martin étaient de la même « école », mais Martin, après une petite descente aux Enfers avait finalement retrouvé le droit chemin et repris la direction du restaurant familial. C'était lors de son petit séjour de la rue qu'il s'était rapproché d'Heather, et depuis, ils étaient devenus bons amis.

     

    L'adolescente s'approcha de la femme qui la serra brièvement dans ses bras. Même si elle ne lui avait jamais vraiment parlé de choses personnelles, une certaine complicité s'était établie entre elles. Peut-être parce que derrière ses lunettes à monture rouge, le regard bienveillant de la serveuse lui rappelait celui de sa mère.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :