• bonus 1. Chloé

     

    Chloé a un peu changé entre 2006 et 2012, aussi bien physiquement que mentalement. Beaucoup moins effacée que la V.1, Chloé 2.0 est aussi un peu plus âgée et a un caractère beaucoup plus affirmé. Personnellement, j'ai craqué sur cette seconde version et je dois vous avouer que je suis quelque peu déçue de ne pas illustrer cette histoire à l'aide des sims.

    La V.2 n'a plus rien a voir avec ma simette de base, et je pense que c'est le seul regret que j'ai là. Mais là, je suis nostalgique x)

     

    bonus 1. Chloé

     

     

    Le lieu des photos n'a aucun rapport avec la fiction. Je souhaitais présenter cette simette sur le forum Il était une fois, et Chloé s'est donc joyeusement incrustée chez Eden pour l'occasion xD


    5 commentaires
  • On passe à une note plus joyeuse

     

     

    *



    Deathstars <3

    *

     

     

    *

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    *

     


    Eisenfunk <3

    *

     

    (c'est un français \o/)

     

    *

     

     

    *

     

     


    1 commentaire
  • 82

    82

     

     

    Elle le suivit silencieusement, se retenant de lui poser la moindre question sur le lieu dans lequel ils se rendaient, ni même sur sa propre personne. Après ce qu'elle avait vécu un peu plus tôt dans la soirée, elle aurait normalement due être méfiante, mais pourtant elle avançait dans le noir, sa petite main fine emprisonnée dans celle d'Eden. Avec lui, elle était persuadée que rien ne pourrait plus lui arriver cette nuit.

     Tenant l'adolescente par la main, il ne lui adressa pas un regard tout le long du chemin. Étrangement, il ne savait pas vraiment si la sauver des griffes de Jeff avait été une bonne idée. Peut-être aurait-il dû la laisser agoniser sur le pelouse fraîche du parc. De toute façon, l'homme de main ne l'aurait certainement pas tuée -juste bien amochée- et elle aurait peut-être eu envie de retourner chez ses parents. Parce qu'avec son visage arrondi et son corps a peine formée, elle ne devait pas avoir plus seize ans. Et pour une gamine de son âge, vivre dans le monde impitoyable de la nuit, cela signifiait « la fin », et il en connaissait un rayon. Mais pourtant, il l'avait aidée à se relever et ensemble ils avaient pris la direction de son appartement.

     

     - C'est ici … lâcha-t-il doucement


    Sortant de la cage d’ascenseur, Abigail et Eden se retrouvèrent dans un petit couloir sombre où une forte odeur d'humidité se faisait sentir. Le jeune homme n'alluma pas la lumière et ce n'est que lorsqu'elle entendit le bruit des clés dans la serrure qu'elle comprit qu'il vivait ici.

     

     

    82

     

     

    - Ce n'est pas très grand, mais je n'ai pas besoin de plus. De toute façon, je n'y passe que très rarement compléta-t-il en lui faisant signe d'entrer.

    Abigail s'avança dans la pièce, n'étant pas très à l'aise. Il la toisa un court instant pour ensuite ajouter :

    - Excuse moi, il faut absolument que j'y aille. Mon client n'aime pas les retards et je ne suis pas très en avance. Il chasse une mèche blonde de son front. Fais comme chez toi, si t'as envie de prendre une douche, je pense que tu seras capable de trouver toi même la salle de bain. Pour tes vêtements tachés, tu n'auras qu'a prendre un de mes vieux t-shirts et on verra ce qu'on peut faire de tout ça demain. Je ne serais pas de retour avant quelques heures, j'ai quelques petites courses à régler, alors installe toi confortablement.

    Il lui lança un sourire discret et il referma la porte derrière lui. S'avançant vers l'ascenseur, il se demanda si elle serait encore là à son retour.

     


    2 commentaires
  • 83

    83

     

    Abigail observa la porte qui venait de se refermer et ce n'est que lorsqu'elle entendit la clé tourner dans la serrure qu'elle comprit qu'elle était désormais seule dans la pièce. Eden l'avait laissée chez lui sans aucune surveillance. C'était bien la première fois de sa courte vie qu'elle voyait ça, son père ne laissant que peu de personnes franchir le seuil de la porte d'entrée, mais lui, il avait des choses à cacher. Pourtant elle se tenait en plein milieu de son appartement, dans un salon où un petit coin cuisine avait été aménagé. L'adolescente s'avança un peu. Le papier-peint se décollait par endroit et quelques taches d'humidité s'étendaient à divers endroit sur le plafond et les murs. Des vestiges de canettes de bière et de soda traînaient à même le sol au côté d'un vieux canapé usé et une petite table trônait au milieu de la pièce, encombrée par un dessin, des détritus, un paquet de cigarettes et un cendrier où quelques mégots étaient écrasés.

     

    83

     

     

    Abigail attrapa le paquet et glissa un cigarette au coin de ses lèvres rebondies. Après tout, il lui avait bien dit de faire comme chez elle, non ? La flamme du briquet vacilla et elle dut s'y reprendre à deux fois avant de réussir à l'allumer. Lorsqu'elle avala la fumée pour la première fois, les larmes lui montèrent aux yeux et elle toussa violemment. C'était la première fois de sa vie qu'elle fumait et elle détestait ça. Pourtant, la cigarette coincée entre son index et son majeur, elle l'observa se consumer doucement, s'imaginant l'espace d'un instant la réaction de son père s'il la voyait faire.

     


    1 commentaire