• Abby

     

     

     

     

    Abby est l'héroïne de cette histoire et pourtant, nous ne savons pas grand chose sur elle à ce stade du récit. Elle a 21 ans et elle vit à Chicago. Son véritable prénom est Abigail, mais elle ne supporte pas qu'on la nomme ainsi.
    On ne peut pas dire qu'Abby soit suicidaire, mais elle a adopté depuis longtemps un comportement auto-destructure  (elle est dépendante à l'héroïne) qui résulte d'un conflit avec son père et de la mort de sa soeur cadette - Mattie - lorsqu'elle avait 14 ans.
    Abby a fugué à 16 ans et elle a été sauvé par Eden avec qui elle trouve un peu de réconfort.


    2 commentaires
  • 87

    87

     

    La main toujours posée sur le front d'Abigail, Cyal ouvrit soudainement ses yeux bleus. Son visage était perlé de fines gouttes de sueur et son souffle sifflait entre ses lèvres. Ce soir, il était humain, et comme un faible humain, il souffrait le martyre. Il avait utilisé trop longtemps ses pouvoirs -pour mettre au point cette soirée et pour sonder les souvenirs de la jeune femme- et il en payait maintenant le prix. Il devait se reposer absolument.

     

    87

     

    Il l'observa du coin de l'oeil, hésitant à se rapprocher un peu plus de son corps inerte. Sa respiration était lente et régulière, son visage complétement détendu. Pour la première fois de la soirée, elle semblait sereine et il l'envia. Ça aussi, c'était quelque chose de typiquement « vivant » ce désir … Il l'envia, elle qui avait tant souffert, ses traits marqués par la douleur, l'épuisement et le regret.
    Toutes les cicatrices façonnent un esprit vierge.
    Il l'envia, car elle était belle et qu'il la désirait de plus en plus ardemment. Doucement, il s'allongea aux côtés d'Abigail. Il voulait sentir la chaleur de son corps contre le sien désespérément froid, il voulait goûter à la douceur de sa peau. Mais malheureusement, il ne pouvait pas …


    « Patience est mère de vertu »

     

    Il ferma ses paupières et il soupira. Il devait absolument lutter contre son envie de la posséder maintenant, son œuvre n'était pas encore parfaite et il ne pouvait accepter cela. 

     

     

    Cyal sursauta lorsqu'on frappa trois coups brefs à la porte de la petite chambre.


    - Tu peux entrer lâcha-t-il d'une voix faible et sans ouvrir un œil

     

     

     


     


    1 commentaire
  • 88

    88

     

    Skoldasy se tenait devant le matelas, un petit sourire triste suspendu à ses lèvres rouges. Comme toutes les âmes que le démon possédait, elle était libre d'agir comme elle le souhaitait lorsque son maitre l'appelait. Elle était libre de ses mouvements, libre de ses paroles, mais elle ne devait jamais oublier son rang. Elle était un objet et elle n'avait pas d'existence propre sans ce démon. Mais Skoldasy refusait de n'être qu'un vulgaire objet et c'était surement pour ça que Cyal l'avait choisie. En plus de deux-cents ans de vie, le démon avait vécu à plusieurs endroits, et à chaque fois qu'il vidait les lieux, il n'hésitait pas à laisser ses fantômes dans ses anciens repères. Mais pas elle qui l'avait suivie jusque Chicago. Pourtant la jeune femme n'était pas satisfaite : il ne la désirait plus comme il désirait cette fille, avec son cœur battant doucement dans sa poitrine !
    Chaque fantôme représentait quelque chose, et Skoldasy était jusque là son œuvre la plus parfaite de la Jalousie. Cyal était démon, mais il n'avait rien de démoniaque. Non, du démon, il n'avait que l'apparence, lui qui n'avait jamais été qu'un artiste, avec pour toile l'esprit humain. Il perçait au grand jour les moindres secrets de ses victimes, exposant leur véritable nature, l'embellissant et l'immortalisant à jamais.

    - Que veux-tu ? Gronda-t-il

    Le fantôme observa son maitre et se fit violence pour ne pas s'approcher d'avantage de lui. Le ton qu'il avait employé laissait transparaitre sa fatigue et sa frustration, et il l'avait blessée malgré lui. Il s'était mis dans un état lamentable juste pour cette humaine ! Il souffrait juste pour elle ! Mais méritait-elle seulement cette attention ?

     

    88

     

    - je voulais simplement voir si tout allait bien répondit-elle d'une petit voix. Vous vous êtes absenté depuis un long moment et nous nous inquiétons un peu.

    Elle avait mentit sur ce point, puisque les autres fantômes, même s'ils étaient fidèles à leur maitre, étaient beaucoup moins attachés à lui qu'elle.
    Le démon se redressa difficilement et s'assit sur le bords du matelas.

    - Je maitrise le temps et l'espace, et ceci n'est rien d'autre que mon univers. Je maitrise tout ici, même toi. Je lis en toi Skoldasy, et il me serait aisé d'emprisonner à nouveau ton âme au Néant …

    il avait soufflé ses quelques mots très lentement, ponctuant sa phrase d'un regard chargé d'une colère froide.

     


    1 commentaire
  • 89

    89

     

    La femme frissonna. Le Néant, c'était là où les âmes collectées par Cyal se retrouvaient piégées. Là où la Faucheuse ne pouvait les trouver et les faire quitter le monde des vivants. Attaché à un lieu spécifique, le Néant était synonyme de sommeil. De fin … Mais le plus souvent, il signifiait « l'oubli ». Et Cyal venait de la menacer de l'oublier si elle se mettait en travers de son chemin. Cyal, l'artiste ! Cyal qui n'aime que ses œuvres ! Cyal, le créateur !

     

    Skoldasy baissa a nouveau les yeux et recula vers la sortie d'un pas rapide.


    - Excusez-moi Maitre …

     

    89

     

    Le démon soupira. Parfois, il regrettait d'avoir crée un être comme elle. Un être si parfait qu'il lui serait en réalité impossible de s'en séparer. Mais malgré sa posséssivité, il ne se lassait pas de sa personne, contrairement aux autres qui possédaient tous quelques défauts. Et jamais il ne l’abandonnerait quand il quitterait Chicago comme il avait pu abandonner ses autres fantômes à Cleveland ou Detroit. Mais pourtant d'ici peu, toutes ces âmes retourneraient au Néant : il aurait besoin d'être seul une fois Abigail façonnée comme il le voulait. Mais pour l'heure, ayant retrouvé un peu de ses forces, le démon s'assit sur le bord du vieux matelas avant de glisser sa main fine au milieu des longue chevelure de la jeune femme.
    Il allait poursuivre son travail.






     Je pense que beaucoup doivent être déçues de ce retour au présent, mais il y a malgré tout de quoi se consoler puisque Cyal est présent dans cette MAJ. Finalement, mon démon sait exprimer quelques sentiments (on avait largement le droit de douter parce que monsieur est généralement peu expressif lors de ses apparitions T.T).
    Sinon que dire ? Pas trop perdu au milieu des pouvoirs et de la personnalité de Cyal ? Ouais, il est tordu comme perso (tout comme sa créatrice faut croire xD).
    La self-simette de Skoldasy fait ici son apparition, pas trop déçue par ton rôle Choupette ? La nuit d'amour avec Cyal est un peu compromise. Ah les démons, jamais contents >.<
    Et pour finir, je voudrais remercier mes quelques nouvelles lectrices qui sont se sont manifestées lors de la dernière MAJ. Ca me touche vraiment ces petits commentaires encourageants. Moi qui pensais que mon travail ne plaisait qu'a de rares exceptions ^^.
    Sinon, simple curiosité, comment avez-vous connu mon blog ? Parce que je suis restée avec mes quelques habitués (qui sont des personnes géniales et que j'aime beaucoup) pendant un long moment x)


    PS : inscription à la newsletter conseillée (je suis aussi rapide qu'un escargot asthmatique et unijambiste >.<). Elle se fait dans la colonne de gauche, totu en bas ^^.


    11 commentaires