• 11

    11

     

    Il commençait à se faire tard et le quartier était devenu étrangement calme. Pourtant, quelques rayons d'un soleil couchant brillaient encore faiblement, se reflétant sur les surfaces de verre des hauts immeubles de la ville. La nuit n'allait pas tarder.

     Garés un peu plus haut dans la rue, devant une maison ayant déjà succombé à l'appel de Morphée, ils attendaient le moment propice pour agir.


    - Putain ... lâcha Jack dans un énième soupir, cette montre se fiche de moi j'en suis certain.


    Depuis qu'il avait su ce que Simon avait vu sur la photo, il lui était devenu impossible de rester tranquille plus de cinq minutes. Ce soir, ce serait sa consécration ultime, il le savait. Il serait confronté à un démon, dans une maison où des disparitions étranges avaient eu lieu et il serait le premier à prouver au reste du monde que le paranormal existe bel et bien, et qu'il peut influencer la vie de n'importe qui. Comme la sienne qui avait basculé à jamais quelques années auparavant.

     

    - Ta montre n'y est pour rien lui répondit Simon en jetant un regard distrait par la fenêtre teintée de la voiture. La patience n'a jamais été ton fort, c'est tout.


    Derrière son air calme et détendu, il était aussi nerveux que son ami, et il luttait pour ne rien laisser paraître. Quelques individus seulement avaient été mis au secret pour son don de médium, et Shane n'en faisait malheureusement pas parti. Alors il avait essayé de faire comme à chaque fois qu'ils partaient enquêter. Il avait minutieusement vérifié l'état du matériel, fait quelques tests audio avec les magnétophones, jugé de l'état de leurs caméscopes et ajouté une batterie supplémentaire dans son sac. Il avait aussi pensé à prendre une lampe torche et une trousse de secours, juste au cas ou. Leurs enquêtes se passaient exclusivement dans l'obscurité - cela permettant de capter plus distinctement divers orbes et phénomènes – et ils devaient parer à toute éventualité. Quand on visite des lieux abandonnés, on n'est à l’abri d'aucun danger, et ils l'avaient appris à leurs dépends. Lors de leurs débuts en tant que chasseurs de fantômes, ils s'étaient aventurés ensemble dans une vieille usine fermée depuis plus d'une vingtaine d'années. C'était Jack qui avait eu cette idée, voulant mettre à l'épreuve les dons de son ami : la place était réputée pour son activité paranormale dans toute la région et des dizaines de vidéos et photos mettaient en avant clairement la présence d'esprits. Simon, à l'époque, avait eu peur qu'une entité démoniaque s'empare de lui, mais la menace fut d'un tout autre genre. L'usine regorgeait d'objets laissés en plan, donnant l'impression que les ouvriers reviendraient chercher leur matériel sous peu. C'était peut-être ça qui attirait tant ces esprits égarés, le fait que leurs outils soient restés là, dans ce lieu où ils avaient passé presque toute leur vie. Un lieu qui n'attendait plus qu'eux pour vivre à nouveau. Simon et Jack évoluaient dans l'obscurité totale, leur seuls yeux étant la vision nocturne de leur caméra. Et se déplacer à l'aveuglette dans une pièce jonchée de trucs plus ou moins dangereux, ce n'est pas ce qu'il y a de plus malin. Alerté par un bruit dans une pièce voisine, Jack entraîna Simon dans le noir, ne se souciant plus vraiment de tout les dangers potentiels proche d'eux. Et dans sa course infernale, le jeune homme posa le pied sur un vieux clou. Heureusement pour lui, son instinct de survie lui avait dit de préférer les chaussures de sécurité à ses vieilles baskets usées …

     


    4 commentaires
  • 12

    12

     

    Simon attrapa le sac qui traînait sur le sol de la voiture et en ouvrit la plus grande poche. Il glissa sa main à l'intérieur et s'assura une nouvelle fois d'avoir pris la trousse de secours. Même si la maison ne devait pas contenir d'objets véritablement dangereux, le souvenir de la pointe plantée dans sa semelle était encore trop vif pour négliger sa sécurité.


    - La patience, c'est pas ton truc non plus observa Jack. C'est la quatrième fois que tu vérifies le contenu de ton sac.

     
    Simon ignora sa remarque et tira rapidement sur la fermeture éclair. Cette maison contenait bien pire qu'une vulgaire pointe rouillée et sa simple trousse remplie de compresses, de désinfectant et de divers pansements ne pourrait suffire à limiter les dangers.

     Un démon ...

     

    - Les lumières de la maison là-bas viennent de s'éteindre informa Shane en ponctuant sa phrase d'un signe de tête. D'ici peu, ça devrait être bon.


    Shane les avaient accompagnés en voiture et il était devenu très rapidement le préposé à la surveillance. Puisqu'il vivait à Chicago et qu'il avait déjà eu le loisir d'explorer tout le quartier en long, en large et en travers, c'était à lui qu'était revenu la tâche d'espionner les voisins et de mettre au point leur plan pour entrer dans la maison.


    - On est plus à deux minutes près répondit Jack tout en ouvrant sa portière. De toute façon la nuit est tombée et plus personne ne nous remarquera.


    Simon, qui lui servait habituellement de raison, n'ajouta rien et sortit à son tour de la voiture, laissant Shane derrière le volant à râler.


    - Si vous vous faites coffrer par les flics, ne comptez pas sur moi pour payer la caution. Vous resterez moisir derrière les barreaux !

     


    votre commentaire
  • 13

    13

     

    Jack s'avança jusqu'au milieu de la route et resta ainsi, immobile, à fixer les arbres qui entouraient la vieille bâtisse. Elle se trouvait là, à quelques mètres de lui seulement et pourtant il ne la voyait pas encore. Les hauts pins qui l'encadraient la dissimulaient parfaitement et l'isolait très bien du voisinage. Avec ça, il n'y avait peu de risques pour qu'un voisin trop curieux ne les repère. Il sortit une cigarette de son paquet de Chesterfield et la coinça entre ses lèvres en attendant que son ami le rejoigne.


    - Shane s'absentera une partie de la soirée, mais il reviendra rapidement à son poste. Sa copine a besoin de lui déclara Simon. Mais bon, je pense pas que les flics débarquent si on reste un tant soit peu discrets.

    - Les femmes sont la cause de tous vos problèmes soupira Jack en tirant sur sa clope. Faut faire comme moi et arrêter de leur courir après. En plus, t'économises du temps, de l'argent et t'es sur de ne pas avoir de gosses glissa-t-il à l'égard de Simon.

    - Heureusement pour l'humanité, parce qu'un seul exemplaire de ta personne nous suffit amplement lui répondit son ami en se dirigeant vers le lieu de l'enquête. Aller, arrête de t'extasier sur le paysage, les habitants du coin vont finir par se demander ce que tu fiches là.

     

    13

     

    Ensembles, il gagnèrent la maison. Un peu en retrait par rapport aux autres habitations, les lumières de la rue ne pouvaient atteindre le bâtiment, lui donnant un air encore plus sinistre et fantomatique. Jack monta les quelques marches du perron.


    - Qu'est-ce que tu fais ? L'interrogea Simon. C'est fermé de toute façon.

    - On ne sait jamais. Et puis avoue qu'avec le matériel, ce serait plus facile de passer par la porte et non la fenêtre.


    Sur ce point, il n'avait pas tort. Mais vue l'enquête qui les attendait, il n'avait pas envie de prendre le moindre risque. Après tout, ils avaient attendu ce moment toute la journée et ce serait vraiment dommage d'échouer maintenant.


    - Tu me rejoins dans le jardin quand tu auras fini de bricoler cette porte.


    Pour une personne extérieure, leur relation aurait pu paraître ambiguë. Les deux hommes se provoquant sans cesse, ils pouvaient parfois être très proches l'un de l'autre pour mieux se crêper le chignon l'instant suivant. Ils étaient si différents et se complétaient pourtant à merveille. Un peu comme un couple … A cette pensée Simon esquissa un sourire. Il faudrait être maso pour vouloir vivre avec un rustre comme Jack.

     

     


    4 commentaires
  • 14

    14

     

    Une fois qu'il eut fait le tour de la demeure, il se planta devant la fenêtre que Shane leur avait indiquée un peu plus tôt dans la journée. La vitre était brisée de telle façon qu'en se contorsionnant un peu, il était facile d'atteindre le loquet qui la maintenait fermée. Simon tira un peu sur la manche de son pull et enroula sa main à l'intérieur pour se protéger du verre coupant. Ce serait bête de se blesser alors que la soirée ne faisait que commencer. Il se hissa sur la pointe des pieds, ses yeux arrivant tout juste au niveau du rebord, et il glissa son poignet dans le creux de la vitre. Mais alors qu'il tentait d'attraper le verrou, un long frisson glissa dans son dos. À l'autre bout du jardin se tenait une silhouette. Son image était floue et semblait irréelle.


    - Oh bah merde, ça commence bien. On est même pas encore entrés qu'on nous accueille déjà souffla-t-il.


    Il s'agissait d'une jeune fille qui le fixait droit dans les yeux. Elle était jeune – une petite vingtaine au maximum- et elle se tenait bien droite devant un vieil abris de jardin. Simon ne pouvait détacher ses yeux noirs de sa personne. Il se dégageait d'elle une étrange aura. Un mélange de tristesse et de douleur. De haine et de peur. Était-elle une des victimes du démon ou simplement une âme en peine venue lui demander de l'aide ?


    - As-tu quelque chose à me dire ? Murmura-t-il faiblement.


    La silhouette s'avança vers lui de quelques pas seulement avant de s'arrêter. Le jeune homme se sentait vraiment mal avec cette présence si proche de lui. Son cœur s'était mis à battre plus fort et sa respiration sifflait étrangement. Sa tête tournait aussi un peu tandis qu'une puissante rage commençait à l'envahir.

     

     

    14

     

    - Que veux-tu demanda-t-il un peu plus fort.


    L'esprit ne bougea pas, se contentant de l'observer avec toujours autant d'intérêt. D'habitude, quand des fantômes se manifestaient à lui, ils avaient tendance à être très bavard. Trop, la plupart du temps. Il avait aussi eu affaire à des entités maléfiques qui cherchaient à lui faire du mal. Mais là, face à lui se tenait un espèce d'hybride. Il s'agissait d'une âme en peine certes, mais d'une âme qui ne cherchait pas le repos éternel.


    - Tu es bizarre finit-il par lâcher faiblement.


    La jeune fille baissa la tête et sa silhouette se dissipa dans l'obscurité de la nuit. L'état de Simon s'améliora aussitôt et il resta un moment à fixer l'endroit où elle se tenait encore quelques secondes auparavant.
    Il pouvait jurer que sa remarque l'avait profondément blessée.

     


    8 commentaires
  • 15

    15

     

    Après plusieurs minutes à s'escrimer sur la serrure de la porte, Jack abandonna l'idée. Le mécanisme était grippé et il n'arriverait à rien sans les outils nécessaires. Il descendit alors les quatre marches de l'escalier et il se dirigea vers le jardin qu'il trouva vide. Simon était déjà entré dans la maison sans l'attendre.

     

     

     

    Tadam, après 3 mois sans nouvelles, voici une longue maj ^__^

    Qui a reconnu le petit fantôme qui rend visite à Simon ? Des idées ? Aller, je suis curieuse =)

    Sinon, pour celles qui me réclament Cyal, je suis au regret de vous annoncer qu'il ne sera pas présent dans cette nouvelle. J'ai pas envie de faire un remake de DBE. par contre, la suite de cette dernière lui sera entièrement consacrée =)

    Sur ce, je vous souhaite une bonne soirée (c'est pas comme si je devais me lerver tôt xD)


    21 commentaires