• 27

    27

     

    Le parquet grinça sous leurs pas malgré tous leurs efforts de discrétion. C'était un fait, la maison était vieille, à l'abandon et elle résistait tant bien que mal aux intempéries depuis de trop longues années déjà. Comment pouvait-elle encore tenir debout ?

     

    - On va finir par se tuer gronda Jack en entamant l'ascension de l'escalier. Je vais mourir ici et personne ne le sauras. Et si ça se trouve, le pire sera que tu ne te rendras même pas compte que tu as un fantôme comme meilleur pote …

    - Je suis monté tout à l'heure sans souci lui répondit Simon sur un ton détaché, alors ne t'en fais pas, tout ira bien.


    Depuis qu'ils avaient pénétré l'ancienne bâtisse, Simon n'arrivait plus à fixer son attention sur quelque chose de concret. L'ambiance qui régnait entre ses murs était particulière et il se laissait trop facilement submerger par des émotions qu'il n'arrivait pas à contrôler. Il avait peur. Il était en colère. Il avait mal. Et il n'était plus lui-même. La demeure le transformait peu à peu, comme à chaque fois qu'une entité surnaturelle prenait contact avec lui. Mais dans ce cas précis, mais il n'avait pas affaire à une âme en détresse. Ici, la chose était plus complexe, plus forte, un peu comme si c'était la maison entière qui s'adressait à lui. À travers chacun de ses murs suintait une particule d'histoire, libérant en lui des angoisses profondes, un écho à ses propres souvenirs. Jack, ayant remarqué son état, prit la parole :


    - Tu sais ce qu'il s'est passé ici ?

    - Tu ne le ressens pas ? Lui demanda-t-il simplement. Tu ne sens pas toute cette effervescence ?


    Il hocha simplement la tête et passa nerveusement la main dans sa nuque, visiblement contrarié. Bien que Simon soit un médium, et qu'il soit par conséquent plus sensible à des faits extrasensoriels, il pouvait généralement ressentir lui aussi certains sentiments, surtout quand le lieu est témoin d'une histoire forte en émotions. Or ici, il ne voyait rien. Pour lui, il ne s'agissait que d'une vieille baraque abandonnée, et la seule chose qu'il ressentait était son rythme cardiaque rapide. Les battements sourds de son cœur résonnaient dans tout son être, comme des détonations, miroir de ce qu'il avait ressenti la nuit de son accident. Il avait peur. Uniquement peur. Mais de quoi ?

     

    27

     

    - Le seul truc que je peux sentir, c'est l'odeur de moisi de cette vieille maison. Il marqua une pause, plutôt hésitant. Peut-être que Shane avait raison et qu'il n'y a rien …


    Sa voix mourut et le silence régna de nouveau, uniquement brisé par les craquements du parquet. Il s'attendait à trouver quelque chose d'extraordinaire avec cette enquête et désormais, il était déçu. Le lieu n'arrivait pas à la hauteur de ses espérances. Au final, il n'était rien de plus qu'un simple homme et il devait se l'avouer : ce ne serait pas lui qui prouverait à la Terre entière qu'une vie après la mort existe.


    - Tu l'as dit toi même avant notre départ, il n'y a rien à voir pour les gens ordinaires répliqua Simon en un soupir bruyant. Mais ce lieu … Il y a quelque chose de fort ici. Quelque chose … je ne sais pas, d'étrange ? Ce que je ressens ici, ça ressemble à ce que je ressens lorsque je me rends dans des endroits chargés d'un lourd passé.

    - Comme pour la Villa Elizabeth ? Questionna Jack à mi-voix


    Simon approuva silencieusement. La villa Elizabeth, se trouvant à quelques kilomètres seulement de leur ville d'origine, avait fait la une de tous les canards durant des semaines. Il s'agissait d'une affaire sordide de prostitution infantile qui s'était soldée par un meurtre. Simon, attiré par l'histoire, s'était rendu sur les lieux quelques temps après, une fois la maison mise en vente. Accompagné d'un agent immobilier, il en avait fait tout le tour, s'était attardé dans chaque pièce, prêt à aider le fantôme de la victime à être en paix. Mais la seule chose qu'il put percevoir fut la noirceur qui habitait la maison, gangrenant peu à peu son âme.


    - C'est étrange. J'ai l'impression que les murs veulent me restituer une histoire, mais une histoire qui n'a jamais eu lieu. Le fantôme du jardin, celui de la fillette et l'article du journal … Tu ne crois pas que la presse aurait saisi tant de sujets en en or pour booster ses ventes ?

     

     

    (sorry pour le faux raccord, on va dire que Simon avait un peu froid et qu'il a décidé d'enfiler une veste ^.^")


    2 commentaires
  • 28

     

    28

     

    Sur ce point, Simon avait parfaitement raison. Si de telles choses avaient eu lieu ici, ils l'auraient su. Soit par le bouche à oreille, soit par les journaux. Les choses morbides et malsaines attirent toujours le public et savent capter son attention.


    - Peut-être que ces fantômes ont vécu ici, mais sont morts ailleurs, tenta Jack. Il n'y avait rien d'écrit de plus sur la coupure de journal ?


    Ils s'arrêtèrent dans un long couloir encombré de détritus et de poussière. Au bout de celui-ci, une fenêtre à la vitre brisée leur permettait de bénéficier de la clarté de la lune. Jack s'en approcha. La ville endormie de Chicago était là, juste derrière ce mur, et il ne pouvait en percevoir ses murmures. Dans cette maison, tout était calme, un peu comme si un autre monde s'ouvrait à eux. Un monde où le temps n'existait pas. Simon le rejoignit avec précaution et lui tendit l'article :

     

    28

     

    - Tu vois, il n'y a rien de plus. Chicago, 1964 et c'est tout ce que l'on peut en tirer. Il n'y a pas d'adresse, pas de rue indiquée. Rien. L'article a volontairement été tronqué. Et je doute fortement qu'un jour nous ayons la réponse sur la réelle nature de l'activité qu'il y a entre ces murs, sauf si j'arrive à retrouver la fillette de tout à l'heure.


    Jack observa le morceau de papier coupé grossièrement entre ses doigts. L'enquête qu'ils menaient ce soir s'avérait plus compliquée qu'il ne l'espérait et les chances de succès s'annonçaient moindres. Mais il était là et il se refusait d'abandonner.


    - Écoute, on va placer une caméra dans la chambre où tu as trouvé le journal. Avec un peu de chance, on verra quelque chose puisque tu es persuadé que la femme du journal est encore là. Ensuite, on peut se séparer. J'irai faire une session de PVE en bas et toi, tu resteras à l'étages à chercher la petite fille ou tout autre fantôme qui acceptera de se montrer.


    Se séparer lui semblait être désormais la meilleure option, Simon étant plus réceptif lorsqu'il agissait seul. Et même si enregistrer une conversation à sens unique sur un magnétophone était un des trucs les plus ennuyeux dans une enquête, Jack était prêt à se sacrifier pour obtenir quelques réponses.


    votre commentaire
  • 29

    29

    - Se séparer ?! Releva son ami. T'es sérieux ? Surtout après la crise que tu as faite quand on est entrés.


    Jack grimaça. L'idée d'être seul ici ne l'enchantait guère, mais s'il en croyait Shane, il ne risquait pas de croiser le moindre petit fantôme.


    - C'est bon, la baraque n'est pas grande et on a nos talkies-walkies. Si un truc cloche, on peut se retrouver en un instant. Et au moins, je ne serai pas dans tes pattes si tu trouves un fantôme bavard.


    Simon leva les yeux au ciel, blasé par ce comportement si lunatique, et acquiesça.


    - Quand tu auras terminé ta session de PVE, il faudra qu'on se retrouve, histoire qu'on fasse le point sur ce qu'on a pu découvrir. Et bon courage, lança-t-il d'un ton mutin, un petit sourire suspendu aux lèvres.

     

    29

     

    Jack gronda entre ses dents. Les PVE, ou phénomènes de voix électronique, consistaient à tenter de créer un dialogue avec des personnes disparues en enregistrant leurs réponses sur un magnétophone. En éliminant certains bruits parasites et en modifiant les fréquences ultérieurement, il devenait alors possible de percevoir distinctement certains mots en réponse à nos questions. Or cette partie de l'enquête, bien que nécessaire pour toute personne ne possédant aucun don, n'intéressait pas autant Jack. Lui, il adorait arpenter les vieux bâtiments, armé de son caméscope, provoquant lui-même l'action. Il n'aimait pas rester passif quand la nuit s'offrait à lui.

    Il fourra l'article dans une de ces poches, s'éloigna de la fenêtre et attrapa son paquet de Chesterfield. La flamme de son briquet vacilla et il eut bien du mal à allumer sa cigarette, visiblement contrarié par la tournure que prenait la soirée. Mais une chose était sûre, si quelqu'un devait trouver le démon de cette maison et résoudre cette énigme, ce ne pouvait être que Simon.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Tadam, une MAJ !!!
    Alors, qu'en pensez-vous ? Pour en rassurer quelques uns, les photos sombres touchent bientôt à leur fin. D'ici peu, l'enquête va prendre un nouveau tournant. Des idées sur ce qui attend nos chasseurs ?

    N'hésitez pas à me laisser vos impressions, vos théories (même les plus folles), histoire de me faire savoir où je mène ^.^

    Je vous laisse en musique : aujourd'hui, il s'agit d'un titre de Project Pitchfork, un groupe que j'aime beaucoup ^.^

     

     

     

    ps : j'aime pas les maj d'Ekla. Je suis larguée avec la mise en page Y__Y

     

     

    N'oubliez pas l'inscription à la NL pour être prévenu des maj. Elle se fait dans le menu à gauche,  en bas ^^

     


    8 commentaires