• 41

    41

     

     

    Ses prunelles grises plantées dans celles de son reflet, il s'observa longuement. L'idée que ce miroir soit apparu comme par magie le troublait énormément, mais pas autant que sa propre image. Devant lui se tenait un homme d'un mètre quatre-vingt-six, au visage zébré de cicatrices et à l'allure bancale. Il tentait de se tenir bien droit, mais sa jambe gauche flanchait.
    Parfois, il arrivait à oublier ces détails. Il les oubliait, même. Or ce soir, peut-être était-ce dû à l'obscurité et son manque de visibilité, mais ceux-ci étaient flagrant. Pourtant, il y avait quelque chose d'autre. Il ne savait pas exactement de quoi il en retournait, mais ce n'était pas son corps mutilé qui le perturbait le plus.

    Il s'observa avec plus d'attention. Sa torche renvoyait des ombres mouvantes sur les murs, sur le sol et sur lui. Elles se déplaçaient lentement, rampant le long du papier-peint moisi, grignotant le parquet usé. Il voyait des petites mains courir près de lui, s'agrippant à son t-shirt, à ses cheveux. À ses poignets. Le faisceau de sa lampe vacilla, faiblissant à vue d’œil, comme si les ténèbres allaient définitivement se refermer sur lui, l'enfouir à jamais.

     

     

     

     

    On m'a conseillé de modifier autrement mes photos pour les rendre un peu moins sombres. Vos avis ?


    6 commentaires
  • 42

    42

     

     

    Il ferma les yeux et essaya tant bien que mal de se reprendre. Il devait calmer les battements anarchiques de son cœur ainsi que sa respiration saccadée. Il devait se calmer. Se calmer. Sa peur lui faisait voir des choses impossibles, et il hallucinait. Ce n'était pas possible autrement. Le miroir avait toujours été là, il ne l'avait tout simplement pas vu lors de son premier passage. Après tout, toutes les portes donnaient sur des pièces quasiment identiques, il les avait probablement confondues et il avait fini par en oublier une.

    Inspiration.

     

    Expiration.

     

    Toujours ce battement régulier et trop rapide dans son être.

     

    42

     

     

    Il ouvrit les yeux. La luminosité de sa torche était revenue à la normale. Les ombres avaient disparu. Il ne restait plus que lui. Lui et le miroir. Ce miroir. Il se rapprocha doucement de l'objet, comme s'il représentait quelque chose de dangereux. Son reflet était toujours là, lui aussi. Derrière les taches de rouille et les fissures, c'était lui. Toujours ses cheveux châtains mal coiffés, ses yeux froids. Toujours son allure cassé. Oui, c'était bien lui et son air lamentable. Il soupira, un peu perdu par la tournure surprenante que prenait les événements. Il perdait les pédales.

    Des choses bizarres, il en avait vues, seul ou accompagné de Simon. Il avait déjà croisé la route de nombreuses entités, tantôt sympathiques, parfois violentes, généralement complètement indifférentes face à leur présence. Mais tout ce qu'il avait vu jusque là lui semblait bien dérisoire face à ce miroir. De toutes ses chasses aux fantômes, c'était la chose la plus incroyable dont il avait été témoin. Les orbes étaient quelque chose de franchement banal. Les voix enregistrées sur le magnéto représentaient une chose plus consistante, mais guère plus. Repérer une silhouette filer du coin de l’œil était déjà nettement mieux. Voir un objet se déplacer, c'était le summum. Mais ça … Il les avait comptées, ces pièces. Il les avaient comptées, et il n'en avait ratée aucune. Ce miroir immense était apparu comme par magie et il ne pouvait nier le bruit sourd qu'il avait fait tombant sur le plancher.

     

     


    votre commentaire
  • 43

    43

     

     

    Il fit encore un pas, très doucement, vers l'objet, et il dirigea le faisceau de sa lampe en direction du parquet élimé, histoire de ne pas être ébloui. Et pour que ces ombres ne reviennent pas. Son image avança en même temps que lui, lui faisant face de tout sa hauteur désormais. Il tendit sa main - l'autre tendit la sienne – mais il stoppa son geste. C'était stupide, quand même, cette peur. Ce n'était qu'un miroir. Ce n'était que son reflet. Son reflet … Oui, peut-être est-ce bien son reflet, mais quelque chose n'allait pas. Ses yeux semblaient lui renvoyer un écho vide. Ses cheveux plus longs, plus en désordre. Et cette cicatrice, à côté de sa narine, l'avait-il toujours eue ? La surface avait comme capturer une versionne erronée de sa personne !

     

    Il était là, à quelques centimètres seulement de cet objet étrange et il n'arrivait pas à se raisonner. Une peur latente palpitait dans le moindre de ses muscles. Elle avait sommeillé très longtemps au fond de lui, et ce soir, elle se réveillait.

     

    43

     

     

    Les miroirs ont toujours eu un côté fascinant, peu importe l'époque et les civilisations. On leur prête volontiers des qualités ésotériques puissantes, aussi bien que des légendes farfelues comme celle de « Bloody Mary ». On dit de ces objets qu'ils sont capables de capturer l'essence même de votre âme et de la garder piégée en leur sein pour l'éternité. Bien que rien de tout ça se soit un jour vérifié, Jack, quant à lui, tremblait.

     

    Au départ, il avait été intrigué par son image les jours suivant son accident. Son visage, lacéré et tuméfié, n'était plus le sien. Son œil droit était douloureusement enflé, si bien qu'il ne pouvait pas l'ouvrir, ne serait-ce que d'un seul petit millimètre. Une de ses pommettes avait été fendue, son menton entaillé n'était plus qu'une plaie grossièrement recousue. Il ne se reconnaissait pas dans ces traits, ce ne pouvait être lui. Puis il avait fini par être complètement effrayé. Son reflet s'était mué en quelque chose de plus difforme encore, comme quelque chose de mort qui se décomposerait sur place. Il pouvait même sentir les relents infects de la chair en putréfaction. Cette image ne dura pas, et l'instant suivant, il avait retrouvé sa silhouette abîmée. Bien sûr, il savait que tout ceci n'avait été qu'une simple hallucination, une chimère produite par le traumatisme de son accident, la vision de sa tête déformée et de tous les médicaments qu'on lui administrait. Il n'empêche que cette scène, bien qu'éphémère, l'avait profondément marqué et que depuis, il fuyait les miroirs comme la peste.

     

     


    1 commentaire
  • 44

    44

     

     

    Pourtant cette nuit, même si cette peur le consumait doucement, il n'arrivait pas à s'arracher à son reflet. Ce soir, il n'était plus ce type accidenté, et ce qu'il avait face à lui n'était pas un mirage. Son image était différente de sa personne, il le savait. Il avança encore d'un pas et sa main effleura la surface froide du miroir. Instinctivement, il avait retenu sa respiration. Peut-être s'attendait-il à un nouveau malaise, à un nouveau monstre, mais rien ne se passa. Alors il laissa échapper un soupir de soulagement. Finalement, ce n'était que son imagination qui lui jouait des tours. Il laissa sa main encore un peu, savourant cette petite victoire sur ses propres démons. Néanmoins quelque chose clochait toujours. Bien que son double suive à la perfection ses mouvements, il lui paraissait toujours différent. Différent dans sa position. Différent dans son visage. Cette petite cicatrice, ces ridules plus prononcées au coins de yeux et des lèvres. Son reflet lui semblait plus fatigué, comme plus âgé que lui. Et ces gestes ! Ils étaient sensiblement plus lents, moins souples. Douloureux.

     

    Il pressa un peu plus sa paume contre le miroir, avec cette sensation désagréable que la matière dansait sous ses doigts. C'était absurde. Pourtant, il ressentait des picotements, à peine perceptibles, mais bels et bien présent, là, juste sous la pellicule du verre.

     

    44


    - Putain, faut vraiment que je filme ça !

     

    Sa voix rauque brisa le silence oppressant et résonna bien plus que de raison dans la pièce vide, si bien qu'il eut l'impression d'avoir hurlé. Mais il n'avait fait que souffler ces quelques mots à voix basse, essayant de se conforter lui-même de la véracité de la situation.

    Il s'arracha finalement à l'emprise du miroir pour filer en direction du bureau, là où sa caméra était restée sagement à l'attendre. Cet objet signifiait forcément quelque chose, il devait le prouver.

     

     


    votre commentaire
  • 45

    45

     

     

    Il poussait déjà la porte du bout de sa chaussure quand il se sentit obligé de se retourner une dernière fois, s'émerveillant encore un peu de sa découverte. Mais ce qu'il vit lui glaça le sang. C'était pire que son visage déformé. Bien plus horrible encore que son hallucination, car il savait que ce qu'il avait face à lui était réel. Son reflet n'avait pas bougé d'un pouce, il se tenait toujours près de la surface lisse du miroir, la main tendu, comme un appel. Et le pire restait son sourire qui dévoilait une rangée de dents pourries.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    __________________________________________________________________

     

    Salut tout le monde ! Voici enfin la maj ! Pfiou, c'est que j'aurai mis pas mal de temps avant de réussir à l'écrire. Je ne sais pas comment se sont passées vos vacances, mais les miennes n'ont pas été de tout repos. Sans compter mon jeu qui fait des siennes. Certains d'entre vous savent que Cyal hante mon jeu (il y a des bruit de vaisselles, des rires, des bruits de toux, ect ... sur tous les terrains en rapport avec mes histoires), et ce soir, il a franchi un nouveau cap. Je vous laisse admirer le résultat par vous-même sur cette page.

    Quoi qu'il en soit, parlons maj ! Alors non, je n'ai pas eu l'idée du miroir en regardant Supernatural, mais en suivant un cours de psychologie du développement, le sujet étant les stades du miroir. Et Jack, chanceux comme il est, a pu tester par lui-même une version un peu plus ... hum ... personnelle. Une idée ce qui va lui arriver ? Faites moi part de vos théories, même les plus folles, que je me sente moins seule à avoir un esprit tordu !

     

    Je vous laisse en musique et vous dit à bientôt :

     

     

     

    PS : on n'oublie pas de commenter, vous serez gentils tout plein *o*

     


    9 commentaires