• 30

    30

     

     

    L'architecture de la maison se présentait d'une bien étrange façon. La façade, dans un style victorien, laissait supposer un intérieur simple avec des pièces vastes et ouvertes : une cuisine donnant sur un petit salon avec un escalier pour accéder à l'étage où des chambres, peut-être quatre, se trouveraient. Mais rien n'était comme ça. Le bureau par lequel ils étaient entrés donnait sur un long couloir sombre, où de chaque côté des portes closes s'alignaient. Cette construction donnait un air très irréel à l'endroit et n'avait rien de très rassurant. Jack se félicita de ne pas avoir oublié sa torche ainsi que sa caméra à vision nocturne, et il avança un peu plus dans le couloir. Il avait dit à Simon que sa session de PVE se déroulerait dans le bureau, mais il était trop curieux et tenait absolument à visiter les lieux avant toute chose. Après tout, comme il l'avait si bien fait remarquer à son ami, la maison était petite et il ne risquait pas de s'y perdre.

     

    Pour lui, chasser les fantômes était aussi excitant que d'explorer l'endroit. Peut-être était-ce son côté voyeuriste qui s'exprimait, mais il prenait bien du plaisir à arpenter ces lieux abandonnés où le temps semblait être suspendu. C'était une sensation des plus grisantes que de pénétrer ainsi l'intimité d'autrui. Alors sans se poser de réelles questions, il poussa la première des portes de ce long couloir. Une pièce aveugle. Il dégaina sa torche et chassa ainsi les ténèbres. Vide. Peut-être s'attendait-il à trouver quelque chose d’extraordinaire entre ces murs, quelque chose qui n'avait rien à faire là, quelque chose qui collerait au style bancal de la maison. Malheureusement, il n'y avait rien. La tapisserie qui fut autrefois d'une couleur pastelle était désormais rongée par la moisissure et se décollait par pan entier. Jack soupira de déception et referma machinalement la porte. C'était étrange comme endroit, après tout, qui aurait besoin d'un espace si minuscule, sans fenêtre ou grille d’aération ? La seconde porte qu'il poussa donna sur un décor quasi identique, sauf pour la couleur du papier-peint. Et ce fut ainsi pour toutes les autres pièces. Tout était vide. Tout était impersonnel. A croire que personne n'eut un jour vécu ici. Un long frisson lui parcourut l'échine lorsqu'il regagna le bureau. Finalement, il avait retrouvé un peu d'intérêt pour cette enquête !

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Théralène
    Samedi 12 Juillet 2014 à 20:06

    Est-elle vraiment si petite que ça cette maison?



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :