• 32

    32

     

     

    Il ferma les yeux, prit une profonde inspiration et enclencha le bouton d'enregistrement de l'appareil.

    - Y a-t-il quelqu'un ici ? Entama-t-il d'une voix forte. Je me trouve dans un bureau. Aujourd'hui, la pièce ne paie pas de mine, mais ce fut certainement un lieu magnifique. Un lieu riche en connaissances. Je vois des livres éparpillés sur le sol : lisiez-vous beaucoup ? Des auteurs comme Poe, pour coller au style étrange de la maison ? Il marqua une pause. Vous êtes là, vous êtes avec moi, je le sens.



    Il tourna sur lui-même, ses yeux gris s'attardant sur les moindres recoins de cette pièce sombre où seule la lumière de la lune lui permettait d'y voir un peu. Il se sentait observé, épié.



    - J'ai l'impression que je vous gêne, non ? Vous ne voulez pas de moi ici. Si vous souhaitez que je parte, il suffit de me le dire ou de me le faire savoir. Manifestez-vous. Je ne sais pas moi, poussez moi ! Faites moi tomber ! Faites moi mal !


    Il avait souffler ces quelques mots, une pointe de défi dans sa voix éraillée par toutes ses années de tabagisme. La provocation, c'est ce qui marchait le mieux, même si cela engendrait parfois des réponses des plus violentes. Mais peu lui importait, vu sa dose d'ennui, il était prêt à affronter n'importe quoi. Pourtant, la seule réponse qu'il obtint fut un silence méprisant.

     

     

    32

     

     

    - Je vois, ajouta-t-il finalement. Vous ne voulez peut-être pas me …


    Il s'interrompit brusquement. Du coin de l’œil, il avait vu une ombre filer vers la porte. Finalement, il avait raison. La provocation, ça finit toujours par payer !


    - Revenez ! Revenez vers moi, je ne veux pas vous faire du mal. Je veux vous entendre ! Je veux savoir pourquoi vous êtes encore ici. Parlez vers la petite lumière rouge, cet appareil nous permettra de communiquer ensemble.


    Instinctivement, il tendit sa main qui tenait le dictaphone vers le vide de la pièce. Il avait l'impression d'avoir affaire à un enfant craintif.


    - S'il vous plaît, suppliait-il presque, si vous êtes là, montrez vous. Manifestez-vous ! Faites n'importe quoi. Touchez-moi, déplacez un objet, faites du bruit. Faites quelque chose !

    Il s'arrêta, sur le qui-vive, prêt à n'importe quelle situation. Mais encore une fois, rien ne se produisit. La colère remplaça la déception, mettant à mal sa motivation. Si ça se trouve, l'ombre qu'il avait perçue ne provenait que de son imagination et Shane avait sûrement raison sur toute la ligne. La maison était vide et seul Simon aurait quelque chose d'intéressant à se mettre sous la dent.

     


  • Commentaires

    1
    Vendredi 21 Février 2014 à 22:29

    Même façon de faire que Zak Bagans lol (en même temps ça marche toujours XD)

    2
    Théralène
    Samedi 12 Juillet 2014 à 20:16

    Ils n'ont quand même pas trop l'air d'y répondre à la provocation... Pour le moment!

    3
    Dimanche 31 Août 2014 à 20:23

    Ca fait flipper ... Ca fait flipper ... Ca fait flipper ... Ca fait flipper ...



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :