• 36

    36

     

    Les yeux clos, il se concentrait sur sa respiration. Inspiration. Expiration. Il devait faire du vide dans ses pensées, mais c'était devenu vraiment compliqué, surtout depuis que Jack l'avait contacté. Son esprit tout entier était en proie à l'excitation.

     Il était enfermé dans une chambre, une chambre d'enfant sûrement. Le papier peint, jadis coloré et aux motifs fleuris, n'était plus qu'un reflet noirci d'une époque aujourd'hui révolue. Il était assis par terre, à même un parquet par endroit vermoulu, dissimulé par les restes d'un cadre de lit métallique. Contrairement au rez-de-chaussée qui avait subi de nombreuses dégradations, l'étage était dans un parfait état - il fallait simplement faire abstraction des dégâts causés par le temps et l'abandon. A croire que personne ne s'était aventuré jusque là. Les jouets, les meubles ... tout était encore là. 

     

    36

     

     C'était étrange, quand même, cette situation. La maison avait été visitée de nombreuses fois, des jeunes y avaient même trouvé refuge, mais ils s'étaient toujours contentés de ce vieux bureau par lequel ils étaient entrés. Pourquoi n'avaient-ils pas installé leur « campement » dans une pièce plus discrète et mieux isolée ? Un long frisson glissa dans son dos : ça et les rumeurs d'enlèvement. C'est vrai, il les avait complètement oubliées. La maison, seul dénominateur commun à toute une série de disparitions. Les services de police pouvaient remonter la trace des individus jusqu'à ce lieu et après, c'était comme s'ils s'étaient volatilisés. Il n'existaient plus, nul part ni pour personne. Tous ces jeunes à la dérive avaient cessé d'être une fois franchi le seuil de la demeure.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :