• 43

    43

     

     

    Il fit encore un pas, très doucement, vers l'objet, et il dirigea le faisceau de sa lampe en direction du parquet élimé, histoire de ne pas être ébloui. Et pour que ces ombres ne reviennent pas. Son image avança en même temps que lui, lui faisant face de tout sa hauteur désormais. Il tendit sa main - l'autre tendit la sienne – mais il stoppa son geste. C'était stupide, quand même, cette peur. Ce n'était qu'un miroir. Ce n'était que son reflet. Son reflet … Oui, peut-être est-ce bien son reflet, mais quelque chose n'allait pas. Ses yeux semblaient lui renvoyer un écho vide. Ses cheveux plus longs, plus en désordre. Et cette cicatrice, à côté de sa narine, l'avait-il toujours eue ? La surface avait comme capturer une versionne erronée de sa personne !

     

    Il était là, à quelques centimètres seulement de cet objet étrange et il n'arrivait pas à se raisonner. Une peur latente palpitait dans le moindre de ses muscles. Elle avait sommeillé très longtemps au fond de lui, et ce soir, elle se réveillait.

     

    43

     

     

    Les miroirs ont toujours eu un côté fascinant, peu importe l'époque et les civilisations. On leur prête volontiers des qualités ésotériques puissantes, aussi bien que des légendes farfelues comme celle de « Bloody Mary ». On dit de ces objets qu'ils sont capables de capturer l'essence même de votre âme et de la garder piégée en leur sein pour l'éternité. Bien que rien de tout ça se soit un jour vérifié, Jack, quant à lui, tremblait.

     

    Au départ, il avait été intrigué par son image les jours suivant son accident. Son visage, lacéré et tuméfié, n'était plus le sien. Son œil droit était douloureusement enflé, si bien qu'il ne pouvait pas l'ouvrir, ne serait-ce que d'un seul petit millimètre. Une de ses pommettes avait été fendue, son menton entaillé n'était plus qu'une plaie grossièrement recousue. Il ne se reconnaissait pas dans ces traits, ce ne pouvait être lui. Puis il avait fini par être complètement effrayé. Son reflet s'était mué en quelque chose de plus difforme encore, comme quelque chose de mort qui se décomposerait sur place. Il pouvait même sentir les relents infects de la chair en putréfaction. Cette image ne dura pas, et l'instant suivant, il avait retrouvé sa silhouette abîmée. Bien sûr, il savait que tout ceci n'avait été qu'une simple hallucination, une chimère produite par le traumatisme de son accident, la vision de sa tête déformée et de tous les médicaments qu'on lui administrait. Il n'empêche que cette scène, bien qu'éphémère, l'avait profondément marqué et que depuis, il fuyait les miroirs comme la peste.

     

     


  • Commentaires

    1
    Jeudi 28 Mai 2015 à 18:48

    ça va partir en délire à la break the cycle de motionless in white xD



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :