• Condamné à l'oubli

     

    Condamné à l'oubli

     

     

     Cross-over entre Dans les bras de l'Enfer et Red Blood de Skoldasy.

     

    Quelques précisions :

    - Ce texte est un cross-over, c'est à dire que deux personnages, extraits de deux fictions différentes, sont réunis. Par conséquent, certaines modifications peuvent être apportées aux récits de base pour que les éléments concordent.
    - Ce texte est la suite de celui écrit par Skoldasy, disponible ici.


    En espérant que cela vous plaira

  • cross-over : 1

     

    Perché sur son balcon, il scrutait les ténèbres, invisible aux yeux des mortels qui passaient. Il attendait généralement là, tapis dans l'obscurité des heures entières, en humant l'air à la recherche d'une proie avec laquelle s'amuser un peu. Cyal soupira doucement, peu habitué au vacarme qui faisait rage cette nuit là dans la rue. Des groupes d'adolescents, plus ou moins alcoolisés, riaient bruyamment tout en continuant leur chemin.Bien que ne se mêlant à la foule que très rarement, le démon connaissait les raisons d'une telle agitation. Il avait lu les pensées d'une jeune fille de seize ans, et celle-ci revenait d'un concert donné par les Bloody Fangs. Il s'agissait d'un groupe de rock originaire de Los Angeles et leur talent était reconnu dans tout le pays. Mais Cyal ne les connaissait pas, peu intéressé par les guitares saturées et la musique assourdissante. Il se massa doucement les tempes et il continua d'observer ces humains qui grouillaient, espérant peut-être trouver parmi eux une personne avec assez de potentiel pour en sculpter la mort.

     

    cross-over : 1

     

    Il resta là, immobile, sans se soucier de la fraîcheur de la nuit. Les groupes d'adolescents se succédaient toujours, mais ils commençaient à se faire moins nombreux et la rue retrouvait peu à peu son calme habituel. Cyal les observait, toujours à la recherche de son œuvre parfaite, mais il l'ennui s'immisçait lentement en lui. Tous ces jeunes qui défilaient n'avait rien de très original. Ils étaient tous plus ou moins identiques et il ne dégageaient aucune émotion particulière, si ce n'est cette euphorie due à la soirée qu'ils avaient passé avec leurs amis. Et ce n'était pas exploitable. Aucun d'eux ne dégageait ce petit quelque chose qui l'excitait tant. Aucun d'eux ne dégageait ce sentiment de perdition. Et aucun d'eux ne lui plaisait physiquement. Non, tous ces jeunes qui défilaient sous ces fenêtres étaient d'une pathétique ressemblance qui le lassait. Mais il ne bougea pas de son balcon pour autant. Après tout, il l'avait l'éternité devant lui et il aurait tout le temps nécessaire devant lui pour se divertir plus tard.
    Une brise légère s'était levée, agitant la longue crinière argentée du démon doucement. Cyal se crispa alors légèrement, le vent portant à ses narines une bien étrange odeur. Au milieu du parfum que dégageait les humains, il y avait celui de la Mort. Il tenta alors d'en localiser la source, faisant abstraction des rires gras un peu plus bas, et il se concentra de toutes ses forces. Mais il ne trouva pas l'origine de l'odeur. Il soupira et chassa une longue mèche de cheveux de son front. Si la Mort venait lui rendre une petite visite, il se devait de l'accueillir du mieux possible.

     


    votre commentaire
  • cross-over : 2

     

    Cyal retourna dans sa chambre, et il jeta un regard noir au fantôme qui s'était installé dans le canapé. Assis sur les coussins couleur sang, Skoldasy attendait le retour de son maître, ayant une fois de plus désobéit à ses indications.

    - Que fais-tu là ! Rugit Cyal. Tu n'as pas le droit de te trouver ici.

    La jeune femme garda le silence, mais elle continuait de fixer le démon. Elle savait quelque chose que lui ignorait.

    - Pourquoi souris-tu ainsi ? Le Néant serait un endroit parfait pour toi, tu ne trouves pas ?

     

     

    cross-over : 2

     

    Elle ne fit pas attention à la remarque et elle se leva pour se rapprocher.

    - Vous l'avez senti, n'est-ce pas ?

    Elle passa une main au travers de ses longs cheveux d'argent avant de reprendre :

    - Les autres sont curieux de savoir à quoi la Mort ressemble. Allons-nous la rejoindre pour l'éternité ?

     

     

     


    votre commentaire
  • cross-over : 3

     

    Le regard de Cyal se durcit et il éloigna brusquement la jeune femme.

    - Que sous-entends-tu ? Tu crois que le Faucheuse viendra sauver ton âme ? C'est elle qui a fait de moi ce que je suis, c'est elle qui m'a donné tous ces pouvoirs. Alors n'oublie jamais cette chose : ton âme est mienne, tout comme celles des mes autres œuvres.

     

    cross-over : 3

     

    Et il quitta la chambre pour disparaître dans l'obscurité des escaliers, laissant le fantôme seul et perdu. Tout ceci représentait son oeuvre, et personne ne pourrait venir saboter son travail. 

     

    cross-over : 3

     

    Il descendit les marches rapidement et il posa sa main sur la poignée de la porte d'entrée. Il était prêt a sortir, curieux de savoir si la Faucheuse elle-même lui rendait une petite visite. Mais tout au fond de lui, il savait que ce n'était pas le cas. L'odeur qu'il avait senti n'était pas aussi forte que celle de ses souvenirs et un détail subtil le perturbait. Il ne savait pas de quoi il s'agissait exactement, mais il voulait tout de même vérifier par lui-même l'identité de son visiteur.

     

     

     

     


    votre commentaire
  • cross-over : 4

     

    Il tourna la poignée et sortit. Il resta un court moment immobile, savourant la douce brise du vent contre sa peau de marbre, avant de descendre les quelques marches du perron et de se mêler à la foule. La rue avait presque retrouvé son calme et le démon en fut soulagé : il lui serait bien plus facile de déterminer la source de ce parfum morbide sans tous ces humains autours de lui. Il s'avança au milieu de la route goudronnée, invisible aux yeux des autres, et il marqua une courte pause. La fragrance se faisait de plus en plus forte, et maintenant, il est était certain, elle était différente de ce qu'il avait senti deux cents ans auparavant. Aujourd'hui, l'odeur était plus discrète, moins écœurante. Et surtout, elle n'appartenait pas à la Mort elle-même. La créature qui rôdait pas très loin de sa maison n'était plus en vie, mais elle n'appartenait pas au royaume des morts pour autant. Il jeta un regard distrait aux jeunes gens qui passaient à ses côtés sans le voir, persuadé d'avoir déjà eu affaire à ce genre d'être surnaturel. Bien sur, Cyal n'était pas crédule : il savait que si on avait fait de lui un démon, il n'était certainement pas le seul à errer sur Terre. Mais il n'en avait jamais croisé d'autres au cours des rares fois où ils se mêlait aux humains. Pourtant la chose qui s'approchait n'avait rien du démon qu'il était, il en était persuadé.

     

    cross-over : 4

     

    L'arôme de la Mort se faisait désormais un peu plus présent et le démon tourna vaguement sur lui-même, balayant la rue du regard. La créature n'était plus très loin, il pouvait la sentir. Il s'avança un peu plus le long du trottoir, et il prit appui sur la barrière qui entourait sa propriété. Tentant de faire abstraction de tout ce qui l'entourait, il se concentra, cherchant à connaître les desseins que cet être étrange préparait. Mais il n'y avait rien. Ses pouvoirs ne pouvaient pénétrer ses sombres pensées et il soupira d'agacement. Son regard se reporta alors sur les humains qui passaient. Était-il parmi eux ? Pouvait-il si bien se confondre avec les Hommes au point de camoufler ses pensées ? Il se souvenait d'avoir déjà côtoyé un être similaire, mais tout était très flou dans sa mémoire. De sa vie humaine, il ne lui restait que quelques fragments qui s'estompaient de plus en plus au fil du temps. Aujourd'hui, il était démon et son humanité n'existait plus sans grand regret. Pourtant, en l'instant, il regrettait amèrement de ne pas avoir voulu conserver quelque part au fond de lui ce qu'il avait vu avant que la foule pathétique de Pleasant-Valley ne le pende. Là, tout au fond de lui, il savait qu'un prédateur tapis dans l'ombre l'observait. Et lui, impuissant face a cette menace, il se devait d'attendre, sans même savoir de quoi il s'agissait.

     


    votre commentaire
  • cross-over : 5

     

    Toujours à l'affût, il scrutait les passants qui se faisaient de plus en plus rare, s'amusant à lire leur âme avec facilité. Il s'amusait face à leurs réflexions quant à sa propre demeure. Avec l'évolution de la société, les rumeurs ne se propageaient plus aussi rapidement, et plus grand monde ne prêtait une attention particulière a cette vieille bâtisse à l'abandon. Pourtant, parmi quelques jeunes, certains éprouvaient pour elle un réel intérêt, et ils n'hésitaient pas à embellir les on-dit pour rendre leurs histoires plus effrayantes encore. Le démon sourit faiblement. Il n'était pas aussi cruel que ce qu'on disait. Il avait juste un goût pour l'art différent, voilà tout. Il continua ainsi un moment avant de capter une bien étrange pensée. Elle appartenait à un jeune homme qui errait seul. Cyal s'approcha de lui, plutôt étonné de voir un solitaire parmi tous les groupes qu'il avait vu défiler. Mais ce qui l'intriguait réellement était tout autre. Dans l'esprit de l'individu dansaient de bien étranges images, toutes en rapport avec un serpent. Ou plutôt d'un homme serpent. Le démon posa sa main sur l'épaule du jeune homme, et celui-ci stoppa immédiatement ses pas, répondant à un ordre muet.

     

    cross-over : 5

      

    Cyal dégagea les cheveux de son visage et il se planta en face de lui. Il fronça légèrement ses sourcils, décelant sur cet humain l'odeur de la créature camouflée derrière une forte odeur de sang. Il se concentra un peu plus, sondant ses pensées à la recherche de quelque chose de concret, mais ce qu'il voyait n'avait pas vraiment de sens. Il s'agissait d'un homme ou d'un serpent. D'un démon aux yeux de reptile. De sang. De peur. Il secoua doucement la tête, sa crinière d'argent ondulant doucement, complètement perdu, quand enfin le délicat parfum de la Mort se fit sentir tout proche.



    - Te voilà enfin ! Siffla-t-il entre ses dents

     


    votre commentaire