• 116

    116

     

     

    Elle avala une gorgée de café brûlant avant de se lever. D'un pas hésitant, elle se dirigea à pas de velours vers le comptoir où tout un tas de délices sucrés étaient exposés dans des vitrines. Si elle voulait avancer dans ce monde, elle devait se résoudre à faire des choix et à prendre son destin en main.

     - Excusez-moi, lança-t-elle timidement à la serveuse


    La femme releva les yeux de sa pile de vaisselle et lui sourit. Il ne s'agissait pas d'un de ces sourires forcés que l'on vend à la clientèle, non, il s'agissait d'un vrai sourire. D'un de ces sourires qui vous réchauffe un peu le cœur, empli de bienveillance et chaleureux.


    - Oui mon petit chat ? Lui répondit-elle d'une voix douce


    Abigail hésitait désormais à poursuivre sa démarche. Le peu de temps qu'elle avait passé dans la rue l'avait déjà changée, pourtant, elle avait toujours autant de mal à demander de l'aide à quelqu'un. On lui avait appris à se débrouiller seule, mais nous avons parfois besoin des autres pour avancer …


    - Hum … elle se racla la gorge doucement. J'aurais voulu savoir si vous aviez besoin d'un peu d'aide. Enfin … je ne sais pas, peut-être en cuisine ou en salle.


    À peine eut-elle terminé sa phrase que le regard de la femme se voila. L'adolescente baissa les yeux, honteuse, et se mordit nerveusement la lèvre. Il fallait absolument qu'elle gagne un peu d'argent si elle voulait se venger et pouvoir vivre libre.

     

     

    116

     

    - Il me faut un travail, souffla-t-elle à peine audible. Je m'en fiche de ce que vous pouvez me faire faire, mais … Elle pris une profonde inspiration et enchaîna d'une toute petite voix. Mais je n'ai plus rien …


    Elle termina sa phrase en regardant ses mains. Le rouge lui montait peu à peu aux joues, honteuse de dévoiler ainsi sa situation précaire à une parfaite inconnue. Mais au lieu de lui rire au nez, la serveuse lui adressa un petit signe de la main avant de disparaître par la porte qui menait aux cuisines. Abigail, seule au milieu des autres clients, se sentait vraiment mal à l'aise. Elle se trouvait stupide d'avoir ainsi parlé et elle en venait presque à regretter sa demande. Avec la chance qu'elle avait, l'employée allait sûrement prévenir la police qu'une ado fugueuse avait trouvé refuge dans son petit café. Et malgré ses seize ans, aucune personne sensée ne la laisserait encore longtemps vagabonder seule dans la rue

     


    1 commentaire
  • 117

    117

     

    Elle était désormais sur le point de quitter l'établissement discrètement lorsque la serveuse réapparut, les bras encombrés par un grand sac en papier brun.


    - Je suis désolée mon petit chat, avança-t-elle, mais le café ne fonctionne pas assez bien pour que je me permette d'embaucher quelqu'un actuellement. La femme lui lança un clin d'oeil discret, sourit et enchaîna : mais je sais ce que c'est de survivre en ce bas monde …


    Lorsqu'elle eut terminé sa phrase, son sourire s'était un peu fané et son regard s'était assombri. Cependant, l'étincelle qui animait ses prunelles foncées se réanima brusquement quand elle tendit à Abigail le sac. Sur l'instant, l'adolescente lui lança un coup d'oeil intrigué, ne sachant pas vraiment ce qu'on lui voulait exactement.

    La serveuse reprit :

    - Ce n'est pas grand chose, mais avec ça, tu pourras au moins tenir quelques jours de plus.


    L'adolescente regarda enfin son contenu. La femme avait mis à l'intérieur quelques croissants encore chauds, quelques pommes ainsi qu'une bouteille de jus de fruit.

     

    117

     

    - Pour ce qui est de l'argent, tu pourras trouver un petit travail à quelques rues d'ici. Ne t'en fais pas pour ton âge ou ta situation, du moment que tu fais bien ton travail, tout devrait bien se passer. Il s'agit d'un petit restaurant tranquille et il leur manque quelqu'un pour faire la plonge. Nouveau clin d'oeil. Le patron est un vieil ami.


    Abigail l'observait écrire l'adresse sur une serviette en papier qui traînait à côté. C'était la première fois depuis longtemps que quelqu'un ne la jugeait pas.


    - Quand tu iras là-bas, demande bien à parler à Martin et dis lui que tu viens de la part d'Heather. C'est avec lui que tu dois t'entretenir, j'insiste. Les deux serveuses qu'il embauche n'ont pas deux sous de jugeote et si tu t'adresses à elles, le job te filera certainement sous le nez. Elle lui tendit la serviette. N'oublie pas : Martin. Je l'appellerai pour le prévenir de ton arrivée.


    1 commentaire
  • 118

    118

     

    Heather n'avait cessé de sourire durant ses explications tandis qu'Abigail restait muette, ne sachant que répondre à tout ça. Alors, pour combler ce manque cruel de conversation, elle étala sur le comptoir toute la monnaie de ses poches. La femme lui lança un regard interrogatif.


    - C'est pour le café bredouilla la jeune fille.


    La serveuse secoua négativement la tête :

    - La maison t'offre ta consommation. Elle lui fit un dernier sourire. J'ai été dans le même pétrin que toi, et je sais que le moindre centime est précieux souffla-t-elle.


    Lorsqu'Abigail fut sortie de l'établissement, elle serrait la serviette dans son poing comme si c'était une chose d'une très grande valeur. Pour elle, ces quelques lignes griffonnées rapidement étaient la clé de son avenir proche. Pourtant, au fond d'elle, une petite voix se faisait entendre, la faisant douter. Tout ça était trop beau pour être vrai ...

     

     

     

     

     

    Tadam, voilà la fin de la maj. Et pfiou, j'en ai bavé à tout recopier ... et dire que j'ai encore 3 ou 4 majs sur mon bloc (ouais, j'ai été très productive durant mes vacances xD). Y a pas quelqu'un qui voudrait m'aider ? xD

    Sinon, je suis pas trop satisfaite de mes photos, mais j'ai un mal de dos terrible et je galère à rester concentrée sur mon boulot. Donc mon décor, quoi que réussi selon moi, n'a pas été mis judicieusement en valeur. Enfin bon, peut-être me resservira-t-il. Et vous avez remarqué les quelques figurants ?  Simon s'incruste (Jack Aussi, mais il n'est pas passé sur les photos xD). Une autre victime de Cyal se ballade aussi dans la rue, mais il n'a pas de nom. Lui, il ne faisait que de la figuration dans le cross-over Condamné à l'oubli (cf rubrique pour ceux qui n'ont pas lu ^__^). Ouais, j'avais la flemme de créer des sims (et encore, on ne voit pas tout le monde. Y avait du peuple sur le terrain de Miss Heather xD).

    Aller, j'arrête de vous embêter. J'espère que la maj vous aura plu et j'espère vous retrouver bientôt. N'hésitez pas à vous inscrire à la newsletter pour être prévenu ^__^ (menu à gauche, en bas).

     

    ps : maj travaillée avec l'album Eat Me, Drink Me de Marilyn Manson

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Bonus :

     

    Pas de télé, pas de bière rende fou Homer ... euh non, Jack

     

    118

    Mon pauvre chou, t'es pas le seul à en baver

    118

     

     

    Edit du 31.07

     

    Comme certains ont pu le remarquer, mon blog est à nouveau en libre accès. Pourquoi ? Parce que les rares personnes qui ont pu avoir le MDP l'ont fait tourner. Là, je suis juste dégoutée puisque je me dis que l'on ne peut plus faire confiance à quiconque. Donc la prochaine maj est prévue pour une date indéterminée (en gros : quand j'aurais digéré ce coup. Ouais, parce que tout est déjà écrit depuis un bail)


    15 commentaires
  • 119

    119

     

     

    Heather avait tenu parole : lorsqu'elle entra dans le petit restaurant, Martin l'attendait. C'était un homme grand, à la peau foncée et au regard perçant. Face à lui, Abigail se sentait minuscule et elle eut bien du mal à formuler sa demande. Martin posa ses yeux d'un noir profond sur elle, lui donnant cette désagréable sensation d'être mise à nue, avant de lui sourire franchement.

    - Pas de souci mademoiselle, il y a de la place pour toi ici. Il n'y a rien de bien sorcier à faire la vaisselle, et je pense que tu as sûrement l'expérience nécessaire pour laver des couverts. Même si ici, les couverts sont légion.

     

     

    119

     

     

    Abigail aurait normalement souri à cette petite remarque, mais elle prenait ce petit boulot bien trop au sérieux pour en rire. Mais son air sévère sembla contrarier un peu le grand noir.

    - Bien, ne sois pas si sérieuse, veux-tu ? Je vais te faire visiter et te présenter à l'équipe. Tu verras, ici, tu finiras par te sentir chez toi.

     


    1 commentaire
  • 120

    120

     

     

    Il poussa la porte de la cuisine et l'invita à le suivre. La pièce se présentait de façon très sommaire, mais elle comportait néanmoins le nécessaire. Il y a avait aussi un homme, qui s'affairait autours d'une grande table encombrée par divers ingrédients que la jeune fille ne connaissait pas. Très concentré sur sa cuisine, l'individu ne semblait pas avoir remarqué leur présence. Ou tout du moins, c'est ce qu'il laissait supposer.

    - Salut patron ! Lança-t-il cependant sans quitter sa préparation des yeux.

     

     

    120

     

     

    - Shane, je te présente Abby. C'est elle qui s'occupera de la plonge ce soir. Abby, je te présente Shane, notre cuisinier en chef.

    Le dénommé Shane porta enfin son regard sur eux. Ses yeux, d'un vert pâle, les scrutèrent un instant, laissant Abby songeuse. Puis enfin, il essuya sa main droite dans son tablier et la tendit avec enthousiasme vers la nouvelle venue.

    - Ravie de te connaître. J'espère que tu te plairas parmi nous et que tu ne casseras pas trop d'assiettes, ajouta-t-il avec un sourire complice.

     

     

    (okay, il y a aussi un "Shane" dans Enquête 18. A la base, je voulais prendre le même sims, mais plus j'avançais, moins son côté extravagant collait au pressonage ^^)

     


    3 commentaires