• 6

    hebergeur image *

    L'homme se tenait immobile face à la vaste fenêtre ouverte. La douce brise de la nuit lui frôlait le visage, agitant sa longue crinière argentée. Les bras croisés sur le torse, comme a son habitude, il humait l'air de la ville, invisible aux yeux des mortels. Cyal observait depuis un long moment les rues peu agitées de la ville, sondant chaque âme qui passait a sa portée. Depuis sa maison délabrée, il passait inaperçu aux yeux des humains, pauvres petits être effrayés pour un rien. Les rares enfants qui avaient osé pénétrer à l'intérieur avaient pu assister à la danse de ses fantômes. Mais ils étaient ressortis bien vite, trop terrorisés pour apprécier le spectacle.

    *
    hebergeur image *

    Le démon surveillait sans cesse son antre, trop soucieux que quelqu'un puisse venir gâcher la fête. C'est pourquoi les rares importuns qui osaient franchir la porte de sa demeure n'en ressortaient pas vivants ... Mais contrairement à ce que l'on pouvait penser, il ne prenait aucun plaisir a voir leur âme quitter leur corps. D'ailleurs, la plupart du temps, il ne s'occupait même pas de leurs sorts, laissant ses esclaves le faire. La seule exception était les enfants qui jouaient à se faire peur. Eux, ils avaient un rôle a remplir : ils véhiculaient au travers de la ville la rumeur que la vieille maison était hantée. Les plus vieux ne croyaient guère a ces histoires, les plus jeunes craignaient pour leur vie. Mais aucun d'eux n'avait envie de pénétrer chez lui.


    votre commentaire
  • 7

    hebergeur image *

     

    Toujours face à la fenêtre, Cyal observait les petites maisons bien alignées qui entouraient sa demeure. Il était immortel depuis plus de deux cents ans, mais il avait choisi de s'établir a Chicago depuis une cinquantaine d'années uniquement.
    Il connaissait tous les habitants du quartier, les vivants comme les morts.
    Un petit sourire se dessina sur ses lèvres fines. Fallait dire que des morts, il en avait pas mal dans ses placards. Et personne ne l'avait soupçonné d'être responsable du nombre croissant des disparitions en villes. Comme la Faucheuse, il collectait les âmes des vivants. Mais son rôle s'arrêtait là. Lui, ce n'était pas son travail, mais son chef-d'œuvre, son plaisir.

    L'artiste

    Les corps s'entreposaient dans le sous sol de sa demeure victorienne pendant qu'a l'étage avait lieu la danse morbide des fantômes. Après tout, c'était son unique raison d'être dans ce monde devenu sans fin.

    Il ne fait que sculpter la Mort

    Et puis, qui irait penser qu'une étrange créature pouvait se cacher dans une maison abandonnée, en plein milieu d'un quartier tranquille qui plus est ?

     

    * hebergeur image *

     

    Las du calme ambiant de l'obscurité, il fit appeler l'un de ses artistes d'un ordre muet. Il avait besoin de se distraire en attendant l'arrivée d'une nouvelle venue qu'il avait repérée à l'autre bout du quartier. C'était une jeune femme qui avait vécu là bien des années plus tôt, et visiblement elle était complétement perdue.
    Mais le démon avait senti aussi quelque chose d'autre. Du désespoir ? Oui, ce devait sûrement être ça. L'esquisse du sourire se mua alors en une véritable grimace, déformant son visage angélique. Elle ,qui voulait se sentir vivante, allait voir son rêve devenir réalité.

    Le visage froid de la Mort peut faire prendre conscience de l'importance de la moindre existance ...

     

    *


    votre commentaire
  • 8

    hebergeur image *

     

    Quittant son observatoire, Cyal alla rejoindre l'imposant lit à baldaquin qui trônait au milieu de la pièce et observa la porte qui lui faisait face. Des pas légers se firent entendre dans les escaliers et quelques instants plus tard, une petite silhouette lui faisait face.

     

    * hebergeur image *

     

    La jeune fille qu'il avait fait monter possédait un joli visage encore marqué par des rondeurs enfantines. De longs cheveux blonds reposaient librement sur ses fines épaules et ses yeux en amandes, qui avaient autrefois reflété une lueur de joie, posaient désormais sur lui un regard vide. Elle se tenait dans l'embrasure de la porte, muette, une bougie à la main. L'homme l'observa un court instant avant de lui faire signe de le rejoindre et de s'assoir près de lui.

     

    *


    1 commentaire
  • /!\ public averti

    hebergeur image *

    Docilement, et sans un mot, elle s'exécuta, déposant la chandelle sur la table de chevet. De toute façon, elle n'avait rien à dire, elle n'était plus qu'un corps dépourvu de toute âme. Un simple automate au service de son maître. Un maitre qu'elle avait profondément aimé il y de ça bien longtemps.

    - Tu aurais dû attacher tes cheveux mon ange, murmura Cyal

    Il n'ajouta rien d'autre et replaça une mèche de cheveux blonds derrière l'oreille de sa propriétaire. La jeune fille acquiesça sagement, un pauvre sourire au bout des lèvres.

    - Tu attends quelqu'un ? Chuchota-t-elle, à peine audible.

    Le démon planta ses prunelles d’or dans celles de la blonde avant de lui sourire doucement.

    - Ne t'en fais pas mon ange, tu resteras celle que j'aime le plus. Abigail ne sera rien de plus qu'un jouet parmi tant d'autres, si c’est de cela que tu t’inquiètes.


     Et comme pour lui prouver la véracité de ses dires, il déposa ses lèvres sur les siennes pour lui donner un simple baiser. Celle-ci répondit à son geste et resserra son étreinte autours de ce corps abandonné par la vie.

     

    -Tu es mon ange. Ma princesse. Tu es la seule que j'aime souffla Cyal entre deux baisers

     

    Ses lèvres froides frôlèrent a nouveau celles de l’adolescente tandis qu’il laissait ses mains errer sur son corps a peine formé. Jamais elle n’aurait les courbes d’une véritable femme, mais peu lui importait puisque c’était ainsi qu’il l’avait aimée. Qu’il l’avait tuée.

    * hebergeur image *

    Délicatement, le démon resserra son étreinte autours de ce frêle corps reposant au creux de ses bras, et, dans un geste délibérément lent, l'allongea au milieu de l'étendue rouge sang qu'était le lit. Il planta alors ses prunelles qui d’or dans celles de la jeune fille.

     

    -Ton âme est mienne. Tu es mienne. Ne doute jamais de mes sentiments envers toi Haylee.

     

    Il l’embrassa avec douceur, forçant de sa langue le barrage de ses lèvres qui céda en un rien de temps. Il se laissa emporter par les sensations que ce simple échange pouvait lui apporter et il frissonna lorsqu’il se rendit compte qu’Haylee passait une de ses petites mains sous sa chemise. Elle était timide et il ne pouvait l’ignorer au bout de toutes ces années, alors, comme pour l’encourager il défit lui-même les boutons de son vêtement. La jeune fille l’observa faire, le visage complètement vide. Rien dans son attitude ne pouvait laisser présager qu’elle s’offrait à lui. Son cœur, tout comme celui du démon avait cessé de battre et sa respiration ne se faisait plus. Elle n’était qu’un simple fantôme …

    * hebergeur image *

    Une fois torse nu, Cyal ne laissa pas le temps à l’adolescente d’admirer son corps. D’un geste rapide et précis, il la fit basculer sur le côté et l’immobilisa avant de lui retirer son pull et son t-shirt. Il se posta ensuite au dessus d’elle, la dominant de toute sa hauteur, et il lui lança un sourire rempli de sous-entendus. Ici, c’était lui le patron, pas l’inverse. Sa tête se cacha dans sa nuque pour y déposer quelques doux baisers avant de rejoindre sa poitrine. Doucement, il s’empara d’un de ses seins et de sa langue, il joua avec sa pointe durci. Il avait les yeux clos pour savourer les moindres saveurs de ce cadavre, mais il savait parfaitement, grâces aux légers spasmes qui agitaient sa silhouette, que la blonde appréciait ses caresses. Pas besoin de croiser ses yeux vides qui ne trahissaient pas la moindre once de désir pour en avoir la certitude.

    De sa main libre, le démon effleura le creux de ses reins avant de se faufiler à l’intérieur de son jeans. Doucement, il caressa sa peau et au moment ou elle se cambra, il glissa un doigt dans son intimité. Gênée par ses vêtements superflus, Haylee se débarrassa elle-même de son pantalon et de sa petite culotte, et lorsqu’elle croisa le regard de l’homme, elle ne put s’empêcher de rougir avant de se jeter sur lui pour l’embrasser.

    * hebergeur image *
    Les rôles étaient désormais inversés et Cyal se laissa faire, amusé par ce changement si soudain de comportement. Elle agissait toujours de la même façon. Une fois sa timidité mise de côté, et un peu d’humanité retrouvée, elle aimait prendre les choses en main. Même si cela ne durait généralement pas très longtemps. A califourchon sur le démon, elle se frotta doucement à lui tandis qu’elle parsemait son cou et son torse de milliers de baisers. Le démon lâcha un râle de plaisir, le désir devant de plus en plus insoutenable. Haylee savait y faire quand elle le voulait vraiment. 

    **

    hebergeur image*

    Elle se laissa glisser lentement le long de son corps musclé et d’une main taquine, elle frôla le sexe durci de l’homme au travers de ses vêtements. Il frissonna. Elle recommença. N’y tenant plus, Cyal la renversa sur le lit avant de capturer ses poignets fins. Il lui lança un sourire, l’embrassa brièvement du bout des lèvres et, sans même prendre la peine de retirer complètement son pantalon, il la pénétra.  


    2 commentaires
  • 10

    hebergeur image *

    L’échange ne dura pas très longtemps, mais ce fut quelque chose de dur. De violent. Posant un ultime regard sur l’adolescente allongée près de lui, l’homme lui déposa tendrement un baiser sur le front.

    - Tu es ma fille, ne doute jamais de l’amour que je te porte mon ange …

    * hebergeur image *

    Elle n’eut pas le temps de répondre à cette déclaration que le démon tourna la tête en direction de la table de chevet et souffla la flamme de la bougie qu’Haylee avait apporté un peu plus tôt dans la soirée. Leur jeu devait prendre fin pour qu’une nouvelle partie puisse commencer, et c’était Abigail qui venait de lancer les dés.

    * hebergeur image *

    Désormais seul dans sa chambre, Cyal s’assit sur le rebord de son lit et sourit à son propre reflet dans le miroir qui lui faisait face. Le spectacle allait enfin avoir lieu.

    *

    *

    *

    Fin du chapitre 

     


    Contrairement à la 1ère version, vous n'aurez pas profité des fesses de Cyal. Il est devenu pudique depuis quelques temps, allez savoir pourquoi. Sinon, il reste un démon et il se tape toujours sa fille. Charmant tableau, n'est-ce pas ?

     

     

     

     

     

     


    7 commentaires