• 15

    Hebergeur d'image *

     Sautant aussi délicatement que son corps, en mauvaise santé, lui permettait, Abby se retrouva à l'intérieur de la maison en un rien de temps. Une vague odeur de poussière et de renfermé l'assaillirent. Bof, rien de bien étonnant pour le moment. Alors qu'elle allait avancer vers les abysses de la demeure, un bruit énorme retentit dans son dos. Se retournant vivement, le cœur battant la chamade, Abby se rendit compte que la fenêtre venait de se refermer violemment après son passage. Son unique porte de sortie venait de couper tout contact avec l'extérieur Et dire qu'elle aurait pu y laisser un bras. Ou une jambe ... Cette pensée la fit frémir. Cette visite s'annonçait plutôt bien.

    * Hebergeur d'image *

    La pièce dans laquelle elle venait de débarquer était sombre. Et même si ses yeux commençaient à s'habituer à l'obscurité ambiante, elle n'arrivait pas à distinguer la moindre forme. Mais son regard fut attiré vers  un petit point lumineux. Abby l'observa quelques instants. Le point se mit étrangement à grossir et elle devina au bout de plusieurs secondes qu'il s'agissait d'une bougie.

    Ne se posant pas de question, l'émotion et la drogue pouvaient donner des résultats parfois bizarres, la jeune femme s'approcha de la source de lumière et tendit le bras pour l'attraper.

    - Ne touche pas à ça ! intervint l'enfant dans sa tête. Il y a beaucoup mieux. Laisse-moi faire.

    Abby ferma les yeux et tenta vaguement d'identifier le propriétaire de la voix qui lui parlait depuis tout à l'heure. En vain.

     


    votre commentaire
  • 16

    Hebergeur d'image *

     A peine quelques secondes plus tard, elle ouvrit à nouveau ses paupières. Mais ce qu'elle vit lui glaça le sang. Elle fit un tour sur elle même, fascinée par ce qu'elle avait devant les yeux.
    La pièce dans laquelle elle se trouvait était parfaitement éclairée et meublée avec goût. L'ancien côtoyait le moderne, créant ainsi un certain charme.

    - Ce n’est pas possible. D'abord une voix de gosse qui me donne des ordres. Ensuite c'est carrément l'architecture qui change souffla Abby, le cœur battant bien trop fort a son goût.

      Replaçant une mèche de ses longs cheveux châtains derrière son oreille, elle regarda plus attentivement ce qui l'entourait. La bougie qui avait attiré son œil au milieu des ténèbres trônait sur une imposante commode. Pas loin, une vielle horloge égrainait inlassablement les secondes en un "tic-tac" bruyant. Il y a avait aussi un bureau en chêne massif et une bibliothèque. Il y avait beaucoup de détails pour une simple hallucination.

     
    - Je ne savais pas que j'avais une telle imagination murmura la jeune fille à elle même

     * Hebergeur d'image *

    Après cette brève inspection, elle croisa les bras et ferma les yeux, sûre que le mirage se dissiperait dans peu de temps. Mais le "tic-tac" infernal de la pendule la poursuivait encore. Elle ne pouvait se défaire de ce monde de songe. Ce monde que son esprit torturé avait fabriqué de toute pièce.

    Abby soupira. Elle était prisonnière de sa propre imagination. Certes, ce n'était pas la première fois que ça lui arrivait - l'héroïne et l'alcool pouvaient parfois vous plonger dans des mondes étranges - mais jamais elle n'avait conservé un degré de conscience aussi élevé. Elle distinguait les changements de lumière dus à la flamme de la bougie. Il y avait aussi ce maudit "tic-tac" bien régulier. Et une multitude de détails qui aurait pris trop de temps à énumérer.
    Ouvrant à nouveau les yeux, son regard se fixa sur le bureau à sa gauche. S'approchant lentement, comme si elle s'attendait à être attaquée d'un moment à l'autre, elle regarda d'un air méfiant l'objet qui la narguait.
    Il s'agissait d'un verre de vin rouge dont le bouquet lui chatouillait agréablement les narines.


    - C'est pour toi susurra l'enfant dans sa tête. Une sorte de cadeau dirons-nous

     


    votre commentaire
  • 17

    Hebergeur d'image *

    Abby saisit la coupe de vin de sa main droite et la porta délicatement à ses lèvres. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas bu un cru de cette qualité.

    - Un verre de vodka aurais pu faire l'affaire tu sais. Un verre de vodka pure j'entends par là, c'est plus efficace et ça a meilleur goût, répliqua-t-elle à voix haute. Ou la bouteille. Ca aurait toujours couté moins cher qu'un bourgogne français.

    Elle garda tout de même le verre en main malgré sa réflexion et avala une petite gorgée du nectar. Elle le savourait. Ce n'était peut-être qu'une vision, mais au moins, c'était une vision de qualité.

     

    - La dernière fois que j'ai bu du vin, ça doit remonter à mes 17 ou 18 ans je crois. Un petit cadeau de papa ajouta-elle avant de faire la grimace. C'est qu'il était un amateur en la matière.

     * Hebergeur d'image *

    Elle agita le contenu du verre ballon distraitement tout en balayant la salle du regard. Au dessus de sa tête, un portrait était fixé sur le mur. On pouvait y voir un homme possédant une longue crinière pâle et des yeux d'un rouge sombre. Un sacré contraste qui lui donnait un air des plus cadavériques.

     
    - Le modèle aurait pu faire parti du casting pour jouer dans Twilight, remarqua-t-elle.  Il aurait fait craquer toutes ces adolescentes qui croient encore au prince charmant. C'est d'un pathétique ... T'es pas d'accord la petite voix ?

     

    La voix de l'enfant ne dénia pas lui répondre.


    - Tu boudes ? C'est parce que je t'ai appelée la petite voix ? Après tout, c'est bien ce que t'es, non ? Une putain de petite voix qui monte des profondeurs de mon cerveau malade. T'es la putain de petite voix qui m'accompagne dans mon cauchemar. T'es la putain de petite voix qui me prouve que je suis tout ce qu'il ya  de plus folle ...

     
    Abby posa le verre sur le bureau et respira calmement. Ca ne servait à rien de s'énerver. Tant que la drogue coulerait dans ses veines, elle serait piégée ici. Avec pour seule compagnie cette putain de petite voix qui ne voulait plus faire la conversation ...

     


    votre commentaire
  • 18

    Hebergeur d'image *

     Tordant ses doigts à cause de l'énervement, elle croisa finalement les bras sur sa poitrine. Pourquoi devait-elle perdre son temps avec une petite voix, qui n'était pas réelle, alors qu'elle avait beaucoup mieux à faire cette nuit ?

    - Fais-moi signe quand tu seras d'humeur à entamer la conversation. Je me ferais une joie de t'envoyer promener siffla Abby entre ses dents

     
    Elle préférait largement continuer l'inspection de ce petit bureau, et voir ce que son imagination pouvait produire. Car oui, tout ce qui se trouvait ici ne pouvait être autre que fictif.

    Son regard gris glissa vers la bibliothèque qu'elle gagna en un pas. Différents auteurs se bousculaient sur les étagères à moitié vides. Stephen King, Edgar Allan Poe, Lovecraft, Anne Rice ... Des noms qui rappelaient vaguement quelque chose a Abby.

    La jeune fille allait attraper un des ouvrages pour le feuilleter, quand un petit bruit lui parvint a l'oreille.

     * Hebergeur d'image *

     Elle crut dans un premier temps que la Petite-voix voulait enfin se défaire de son silence, mais elle se rendit vite compte qu'elle se trompait. Ce qu'elle entendait venait de l'extérieur de la pièce. Se levant doucement, elle s'approcha de la porte en faisant le plus silencieusement possible et retint sa respiration. Dans le couloir, quelqu'un se déplaçait.

     

    - Ca aussi ça fait partie de la vision, ou je suis vraiment dans la merde ? murmura Abby, peu rassurée, à la Petite-voix

    - Je croyais que tu ne voulais plus me parler ? souffla cette dernière, sur le ton de la victoire

    - Alors ? s'impatienta la jeune femme, le cœur battant

    - Tu verras par toi même répondit l'enfant avant de rire bruyamment

     

    Tremblante, Abby osa enfin poser sa main sur la poignée de la porte, non sans grommeler une dernière fois a l'encontre de la petite tête blonde qui s'incrustait dans les profondeurs de son esprit déjà plus qu’altéré.

     

     

    Pouvez vous me signaler tout soucis avec les images s'il vous plait ? Mon hébergeur habituel subit quelques faiblesses, donc j'en utilise un que je ne connais pas ...
    Sinon, voici la première partie du chapitre qui n'est guère différente de la première version. Seules les photos ont changé (soucis avec mon ordi oblige)

    Sinon, pour les nouveaux lecteurs, une idée de ce qui se cache derrière la porte ? (même si je doute avoir attiré du monde xD)

     


    6 commentaires
  • 19

    Hebergeur d'image *

    Elle compta jusqu'a trois pour se donner un peu de courage et ouvrit d'un geste brusque la porte. Passant la tête dans l'entrebâillement de celle-ci, Abby ne vit rien d'autre qu'un couloir vide. Un long couloir éclairé faiblement par un chandelier. Un long couloir comportant une multitude de porte. Bref, un vrai labyrinthe.

    Refermant doucement la porte derrière elle, elle se risqua à avancer un orteil dans le dédale. Elle prêta tout de même attention aux moindres petits bruits de la maison, certaine qu'elle allait tomber sur un visiteur importun. C'était, dans un sens, assez comique, sachant que c'était elle qui s'était aventurée par effraction dans l'immense bâtisse.

     

    - En plus, je fais de l'humour, t'as de la chance d'avoir élu domicile dans ma tête, la Petite voix, au moins, y a de l'ambiance. Pas comme chez certains

     
    L'enfant garda encore une fois le silence. Abby haussa les épaules. Il ne voulait pas répondre, et bien tant pis. Elle se débrouillerait très bien seule.

    * Hebergeur d'image *

     Elle longea le couloir pour se retrouver au pied d'un imposant escalier, certaine qu'elle trouverait quelque chose d'intéressant au premier étage.

     

    - Tu commences enfin à te fier a ton instinct, déclara la Petite voix, il était temps.

    - T'es revenue ? s'étonna la jeune femme, faussement surprise.


    Le silence régna à nouveau. Enfin presque. De l'étage supérieur une voix féminine s'élevait. Une voix suave qui fredonnait une mélodie inconnue d'Abby. Et puis, il y a avait aussi cette délicieuse odeur de cuisine. Depuis combien de temps n'avait-elle pas mangé un repas consistant ? Un repas vrai repas chaud et non les restes qu’elle pouvait dégoter au fin fond d’une poubelle ?

    Attirée par le fumet, elle posa le pied sur la première marche et entama son ascension. Après tout, elle était dans son monde chimérique. Rien de bien méchant ne pourrait lui arriver.

     


    votre commentaire