• 4

    4

     

    Jack se leva difficilement de son fauteuil et d'un pas qui se voulait assuré, il attrapa son ordinateur portable pour ensuite s'installer au bout de la table de la salle à manger. Simon l'observa faire, s'étonnant pour une énième fois de voir son ami se déplacer seul. Il avait retrouvé l'usage de ses jambes uniquement par sa volonté. Jamais il ne l'avait vu s’apitoyer sur son sort, regrettant l'époque de la fac où il jouait dans l'équipe de basket. Jack était une véritable force de la nature, et il ne pouvait pas le nier.


    - Mon pote m'a envoyé quelques photos. De l'extérieur ça paie pas de mine. C'est une petite maison victorienne, qui a été rachetée en 1960 lors d'une succession. On n'en sait pas plus sur le propriétaire, car personne n'a jamais vécu là depuis. D'après ce qu'on sait, la maison est vide et abandonnée, et on sera tranquille pour notre enquête.

     

    Simon le rejoignit et se pencha sur l'ordinateur.


    - Et les voisins, ils ne risquent pas d'appeler les flics ? On va se faire coffrer pour non respect de la propriété privée. Et si le propriétaire vit quand même ici, on risque même de se prendre du plomb dans les fesses.

    - Calme toi Simon, y a pas de propriétaire, c'est certain. Quelques amateurs de paranormal se sont aventurés dans la maison, et ils n'y ont rien trouvé. Et les voisins resteront calme. Du moins, si on se fait discrets.

    - Des amateurs ? T'es sérieux ? Tu viens de me dire que seuls quelques enfants avaient été témoins de faits étranges !

    - Oui, des enfants. Les adultes n'ont rien trouvé. A croire que le démon est un petit farceur répondit-il avec un petit sourire

     

    4

     

    Simon soupira bruyamment et se dirigea vers la cuisine, en attrapant au passage la canette vide que Jack avait laissé traîner sur la table basse.


    - Tu te fous de moi ! Si t'as envie d'aller visiter une vieille bicoque abandonnée a cinq cents bornes d'ici, de croire les ramassis de conneries que disent des gamins pour se faire peur, et bien vas y, mais ce sera sans moi. J'ai autre chose à faire de que te surveiller.

     


    2 commentaires
  • 5

    5

     

    Il venait de terminer sa tirade lorsqu'il entendit Jude pleurer. Simon se pinça l'arrête du nez, tentant de se calmer un peu, et il regagna le salon. Il n'avait pas pu s'empêcher d'élever la voix et ça n'avait été utile qu'a effrayer son fils. Il passa la porte, et se stoppa net, ne s'attendant pas à trouver un tel spectacle. Jude s'était réfugié dans les bras de Jack. L'enfant avait posé sa tête contre son épaule carrée et il reniflait désormais bruyamment. Il resta ainsi, immobile, quelques secondes, ne pensant pas ce genre de choses possible.


    - Te fais pas film, c'est lui qui s'est jeté sur moi et j'ai pas eu d'autre choix que de le prendre déclara Jack, lorsqu'il l'aperçut. Maintenant, si tu veux bien prendre ce qui t'appartient, ça m'arrangerait. C'est que c'est pas léger comme truc !

     

     

    5

     

     

    Et il lui tendit le petit garçon. Simon berça un court moment son fils avant de lui déposer un léger baiser sur le front et il reprit la conversation là où elle s'était arrêtée.

    - Jack, je refuse d'aller à Chicago juste en se basant sur les témoignages d'enfants. D'autres chasseurs de fantômes se sont rendus là avant nous, et il n'y ont rien trouvé, c'est donc qu'il n'y a rien à voir.

     

     

    5

     

    - Il n'y a rien a voir pour les gens normaux. Mais moi, j'ai un médium sous la main ! Lui lança-t-il avec un regard entendu. TTu vois les morts, et c'est un gros avantage que les autres n'ont pas eu lors de leur visite.

     

     

     

     

     

     

    Fin de la 1ère maj. Alors vos avis ?
    Je vous conseille de vous inscire à la Newsletter pour être prévenues de la suite, car avec la rentrée, je vous avoue que je n'ai strictement rien écrit (en plus, j'ai adopté une petite minette de quelques semaines et elle demande pas mal de temps T_T)

    On se retrouve bientôt =)

     


    10 commentaires
  • 6

    6

     

    Les faibles rayons d'un soleil matinal commençaient à réchauffer la ville endormie de Chicago. Plantés devant une maison aux rideaux tirés, Jack et Simon attendaient que Shane – l'ami basketteur – revienne d'un des jardins alentours.


    - On va se faire repérer … lâcha Simon en un soupir las.


    Jack ne releva pas la remarque et il s'avança un peu plus loin dans la rue. Ils avaient quitté l'appartement de Shane très tôt ce matin et ensemble, ils étaient partis repérer les lieux pour le début de leur enquête. Il ne pouvaient pas faire autrement au risque d'avoir des ennuis avec le voisinage. Après tout, la maison était une propriété privée, et quelques voisins trop curieux n'hésitaient pas appeler la police lorsque quelque chose clochait. En effet, la maison avait servi de refuge à quelques ados fugueurs.
    Leur dernière maison pensa Jack, un long frisson glissant le long de son épine dorsale.

     

    6

     

     

    Au même moment, Shane émergea d'un jardin fleuri, un large sourire suspendu aux lèvres.


    - C'est bon les mecs, c'est calme, on peut faire un tour.


    D'un geste de la main, il leur intima l'ordre de le suivre et tous les trois, ils se dirigèrent vers une vieille bâtisse un peu en retrait. Entourée par des hauts pins, la maison était presque invisible depuis la rue.


    - Le coin est calme, mais il vous faudra rester méfiants envers les voisins. C'est peuplé de vieux ici, et c'est bien connu, les vieux passent leur temps collés aux carreaux déclara l'homme à la peau matte. Alors on reste muets, on se le joue discrets et tout se passera bien.

     


    8 commentaires
  • 7

    7

     

    Simon soupira de plus belle, se demandant une énième fois pourquoi est-ce qu'il avait finalement accepter d'accompagner son ami.

    Tu le sais, hein ?! Tu fais ça pour te prouver que les voix dans ta tête existent réellement. Tu fais ça pour avoir un peu de reconnaissance. Et tu seras le seul à avoir pu prouver que cette fichue baraque est habitée par un démon !

    L'idée qu'un démon puisse habiter les lieux lui donna la chair de poule tandis qu'un sourire discret barrait son visage. Ce serait l'occasion en or de tous leur montrer ce qu'il était réellement ! Toutes ces années où on l'avait traité en paria, sa déchéance, son alcoolisme … Oui, il voyait les morts. Non, il n'était pas fou !

     

    7

     

    - Simon, ça va ? L’interpella Jack. Tu fais une drôle de tête.

    Le jeune homme lui adressa un large sourire avant de lui répondre que tout allait pour le mieux. Ils se trouvaient désormais à l'arrière de la maison où les herbes folles recouvraient ce qui fut, jadis, un élégant jardin entretenu. Les buis, autrefois taillés régulièrement, n'étaient plus que buissons informes et les rosiers étaient envahis par des fleurs sauvages. Quelques ronces perçaient aussi, ça et là, s'accrochant à leurs jambes de pantalons.

     

    7

     

    - C'est par là que vous devrez entrer, leur souffla Shane en désignant une fenêtre à la vitre brisée.


    Jack et Simon échangèrent un regard avant d'éclater de rire.


    - Non mais t'es sérieux ? répondit Jack aussitôt. On ne t'a jamais appris à crocheter une serrure ? On pourrait passer par la porte d'entrée, ce serait plus facile.

    -
    Tu ne pourras pas grimper ? Demanda-t-il alors que le rouge lui montait aux joues.


    Le gaillard lui lança un regard où l'incompréhension planait. De quoi lui parlait-il ?


    - Je sais pas, tu as encore un peu de mal à marcher, alors tu veux peut-être passer par une porte ...


    Simon, qui avait gardé le silence, explosa à son tour de rire en voyant leur guide se décomposer, visiblement de plus en plus gêné d'aborder son handicap.


    - Tu sais, s'il veut passer par la porte, c'est parce qu'il n'aime pas les entrées trop discrètes. Et ne t'en fais pas pour lui, il est capable de traverser toute la ville à pied pour aller se chercher une bière. Puis il marqua une pause, son esprit visiblement en ébullition. Mais au fait, pourquoi la porte est interdite d'accès ?
     
    - Des planches y sont clouées à l'intérieur. Et pour te répondre, enchaina-t-il en regardant Jack (il avait étrangement retrouvé toute sa prestance quand la sujet de la conversation eut changé), je sais forcer des serrures depuis notre première année de fac. Souviens-toi des vestiaires des filles !



     

     

     


    3 commentaires
  • 8

    8

     

    La visite extérieure ne dura pas très longtemps. La maison était banale et ce rapide tour du propriétaire devait avant tout leur servir à repérer les lieux pour la soirée à venir. De ce fait, ils pourraient facilement se passer de leur lampe de poche pour leur entrée et les voisins ne les remarqueraient pas.

     Ils étaient désormais assis dans le salon de Shane.

     

    8

     

    - Libre à vous de me croire ou non, je vous donne ces infos à titre général déclara l'homme à la peau matte en s'enfonçant un peu plus dans son fauteuil.


    La bouche de Jack se tordit en une grimace étrange. Il était visiblement contrarié.


    - Donc en gros tu nous dis de nous démerder pour ce soir, c'est ça ?


    Shane se massa doucement l'arête du nez et il soupira bruyamment.


    - T'as tout compris. Je ne peux pas te donner des infos précises sur ce qui se trouve dans cette vieille baraque. Les mômes disent qu'il y a des « gens » qui y vivent encore. Par contre, ils sont pas d'accord sur les descriptions. Pour certains, il s'agit d'une femme. Pour d'autre, d'un grand blond au regard mélancolique. D'autres encore voient une petite fille. Et nous, quand on y va, on ne voit rien de plus qu'un taudis qui a servi de squatte …

     


    1 commentaire