• 14

    14

     

    Une fois qu'il eut fait le tour de la demeure, il se planta devant la fenêtre que Shane leur avait indiquée un peu plus tôt dans la journée. La vitre était brisée de telle façon qu'en se contorsionnant un peu, il était facile d'atteindre le loquet qui la maintenait fermée. Simon tira un peu sur la manche de son pull et enroula sa main à l'intérieur pour se protéger du verre coupant. Ce serait bête de se blesser alors que la soirée ne faisait que commencer. Il se hissa sur la pointe des pieds, ses yeux arrivant tout juste au niveau du rebord, et il glissa son poignet dans le creux de la vitre. Mais alors qu'il tentait d'attraper le verrou, un long frisson glissa dans son dos. À l'autre bout du jardin se tenait une silhouette. Son image était floue et semblait irréelle.


    - Oh bah merde, ça commence bien. On est même pas encore entrés qu'on nous accueille déjà souffla-t-il.


    Il s'agissait d'une jeune fille qui le fixait droit dans les yeux. Elle était jeune – une petite vingtaine au maximum- et elle se tenait bien droite devant un vieil abris de jardin. Simon ne pouvait détacher ses yeux noirs de sa personne. Il se dégageait d'elle une étrange aura. Un mélange de tristesse et de douleur. De haine et de peur. Était-elle une des victimes du démon ou simplement une âme en peine venue lui demander de l'aide ?


    - As-tu quelque chose à me dire ? Murmura-t-il faiblement.


    La silhouette s'avança vers lui de quelques pas seulement avant de s'arrêter. Le jeune homme se sentait vraiment mal avec cette présence si proche de lui. Son cœur s'était mis à battre plus fort et sa respiration sifflait étrangement. Sa tête tournait aussi un peu tandis qu'une puissante rage commençait à l'envahir.

     

     

    14

     

    - Que veux-tu demanda-t-il un peu plus fort.


    L'esprit ne bougea pas, se contentant de l'observer avec toujours autant d'intérêt. D'habitude, quand des fantômes se manifestaient à lui, ils avaient tendance à être très bavard. Trop, la plupart du temps. Il avait aussi eu affaire à des entités maléfiques qui cherchaient à lui faire du mal. Mais là, face à lui se tenait un espèce d'hybride. Il s'agissait d'une âme en peine certes, mais d'une âme qui ne cherchait pas le repos éternel.


    - Tu es bizarre finit-il par lâcher faiblement.


    La jeune fille baissa la tête et sa silhouette se dissipa dans l'obscurité de la nuit. L'état de Simon s'améliora aussitôt et il resta un moment à fixer l'endroit où elle se tenait encore quelques secondes auparavant.
    Il pouvait jurer que sa remarque l'avait profondément blessée.

     


    8 commentaires
  • 15

    15

     

    Après plusieurs minutes à s'escrimer sur la serrure de la porte, Jack abandonna l'idée. Le mécanisme était grippé et il n'arriverait à rien sans les outils nécessaires. Il descendit alors les quatre marches de l'escalier et il se dirigea vers le jardin qu'il trouva vide. Simon était déjà entré dans la maison sans l'attendre.

     

     

     

    Tadam, après 3 mois sans nouvelles, voici une longue maj ^__^

    Qui a reconnu le petit fantôme qui rend visite à Simon ? Des idées ? Aller, je suis curieuse =)

    Sinon, pour celles qui me réclament Cyal, je suis au regret de vous annoncer qu'il ne sera pas présent dans cette nouvelle. J'ai pas envie de faire un remake de DBE. par contre, la suite de cette dernière lui sera entièrement consacrée =)

    Sur ce, je vous souhaite une bonne soirée (c'est pas comme si je devais me lerver tôt xD)


    21 commentaires
  • 16

    16

     

    - Il se fout de moi …


    Jack lâcha un bruyant soupir et décida d'allumer une nouvelle cigarette. Au point où il en était maintenant, il pouvait bien encore perdre cinq minutes avant d'entrer. Et si Simon en venait à râler pour l'attente, il lui dirait que c'était de sa faute à lui. Jack avait passé le cap de la trentaine depuis un moment maintenant, et pourtant son niveau de maturité pouvait parfois faire concurrence à celui d'un gamin de dix ans.

    Il tira sur sa cigarette et observa un peu le jardin. Lors de leur petite visite matinale, il avait trouvé le lieu assez morbide et son impression ne pouvait être que renforcée avec l'obscurité. Là, loin des lumières de la rue, tout lui semblait étrangement calme, un peu comme si un autre monde s'ouvrait à lui. Un monde silencieux. Un monde déserté. La Mort … Oui, c'était ça. L'endroit où il se trouvait transpirait la douleur et le désespoir, signes annonciateurs d'une fin terrible … Il secoua nerveusement la tête pour chasser cette idée de son esprit. Ce n'était pas la première fois qu'il ressentait ce genre de sentiments lors d'une enquête : les murs ont une mémoire qu'ils savent restituer à qui veut bien l'entendre. Pourtant ce soir, il y avait quelque chose d'étrange et il n'arrivait pas à mettre le doigt dessus. Peut-être était-ce dû à toute l'excitation qu'il avait ressenti lors de la journée ? Au fait que Simon lui ait confirmé qu'une entité puissante vivait dans cette maison ? Il porta sa cigarette à ses lèvres une dernière fois avant de l'écraser de son talon. La seule chose dont il était certain, c'est que cette nuit, son existence allait changer à jamais.

     


    1 commentaire
  • 17

    17

     

    Lorsqu'il entra enfin dans la maison, la pièce dans laquelle il se trouvait était sombre. Il laissa échapper quelques insultes faiblement et il attrapa la torche qu'il avait glissée dans son sac quelques heures auparavant. Simon ne l'avait pas attendu pour visiter les lieux et il n'appréciait pas cela : de toutes leurs enquêtes, ils s'étaient jurer de ne jamais se séparer …
    Il dirigea le faisceau de sa lampe vers le sol et il observa un peu les lieux. La pièce n'était pas très grande et complètement vide à l'exception d'un vieux bureau en chêne planté en plein milieu. Quelques vieilles feuilles traînaient ça et là, ainsi que quelques traces d'une occupation non désirée. Visiblement, ceux qui avaient trouvé refuge dans la maison avait choisi cette pièce comme pièce de vie.


    - Simon ? Tenta-t-il doucement


    Il dressa l'oreille un instant mais il n'y eut aucune réponse. La maison était vide. Perdant peu à peu patience, il attrapa le talkie-walkie qu'il avait accroché à sa ceinture. Il pressa le bouton :

    - Simon ?

    Le canal grésilla et il soupira d'agacement. Heureusement qu'ils enquêtaient dans une petite bicoque et non dans un de ces célèbres châteaux écossais. Là, au moins, il pourrait le retrouver en quelques minutes.


    - Jack ? T'es où ?


    Jack manqua de s'étrangler. Lui qui incarnait d'habitude l'impulsivité et l'immaturité se retrouvait désormais à jouer l'adulte mature. Les rôles s'étaient inversés, le laissant un instant songeur. Il prit une profonde inspiration et enchaîna :


    - Je viens d'entrer. Tu devais m'attendre, non ?

    - Ouais, mais j'ai trouvé un truc. Bouge pas, j'arrive.


    Il soupira tout en relâchant le bouton du talkie-walkie. Simon était son seul véritable ami et jamais il ne pourrait lui en vouloir plus de quelques minutes.

     


    votre commentaire
  • 18

    18

     

    Le jeune homme descendit les marches de l'escalier raide deux par deux, essayant malgré tout de faire le moins de bruit possible pour ne pas attirer l'attention des voisins trop curieux. De sa petite visite en solitaire, il avait appris une chose très utile : plus personne ne vivait dans la maison depuis une bonne dizaine d'années au moins. D'ailleurs, au vue de l'état déplorable des murs et des plafonds, l'endroit n'avait peut-être jamais été habité depuis son rachat dans les années soixante. Pas de crainte à avoir pour un mystérieux propriétaire donc.

     

    18

     

    Arrivé en bas, il bifurqua à droite et emprunta un couloir étroit et sombre où quelques portes s'alignaient les unes à côté des autres. Vue de l'extérieur, la bâtisse paraissait beaucoup moins grande. Pourtant, lors de sa petite escapade, il avait compté une bonne vingtaine de pièces réparties entre l'étage et le rez-de-chaussée. Il avait trouvé ce détail plutôt étrange, mais il avait poursuivi son chemin comme si de rien n'était. Il réservait ses interrogations pour Jack.

     


    9 commentaires