• 19

    19

     

    - Enfin ! J'espère que ce que tu as trouvé vaut le coup !


    Jack l'attendait dans ce qui fut jadis un bureau. Assis par terre, une cigarette coincées entre ses lèvres fines et abîmées, il l'observait de ses yeux clairs.


    - Tu ne trouves pas que tu fumes beaucoup ?


    L'homme laissa échapper un petit rire et glissa sa cigarette entre son index et son majeur avant de se relever difficilement.


    - On y passe tous un jour ou l'autre. Promis, quand je ne serais plus qu'un fantôme, je ne viendrais pas t'embêter.


    Simon arqua un sourcil et soupira doucement. Même quand la mort devrait les séparer, il était intimement persuadé que Jack ne le lâcherait pas d'une semelle. Le seul avantage, c'est qu'il ne serait plus incommodé par la fumée de sa cigarette et par les cadavres de bouteilles de bière.


    - Enfin bon, t'en fais pas, ma mort n'est pas encore au programme enchaîna-t-il légèrement. Sinon, c'est quoi ton excuse pour m'avoir abandonné ici tout seul ?

     

    19

     

     

    - Y a une forte activité dans le coin. Je ne sais pas si tu ressens le truc, mais je t'assure que c'est pas mal animé pour moi.


    Jack approuva d'un hochement de tête avant de tirer sur sa cigarette. Même s'il ne possédait aucun don médiumnique, il pouvait néanmoins ressentir tout un tas d'émotions très variées lorsqu'un esprit se manifestait. Malheureusement, pour le moment, c'était le calme plat ...


    - Enfin ce que je veux te dire, c'est que j'ai vu une âme juste avant d'entrer. Elle était là, dans le jardin et elle se contentait de me fixer. Et ce que j'ai ressenti … il s'arrêta une seconde pour chercher ses mots. Ce que j'ai ressenti était alors vraiment fort.


    Le visage de Jack s'illumina lorsqu'il entendit ces quelques mots.


    - Si tu devais filer à chaque fois que tu vois un mort, je serais seul la plupart du temps.

    - Je sais répondit-il avec un petit sourire. Mais je peux te confirmer qu'il y a quelque chose de bizarre ici. Quand je suis entré dans la maison, on m'attendait. C'était une petite fille et son image était vraiment très nette. Elle se tenait à ta place et elle souriait.

    - Tu lui as demandé ce qu'elle faisait là ? Le questionna son ami

    - Bien sûr. Elle a simplement éludé la question et elle a attrapé ma main pour me conduire à l'étage. Plutôt étrange, tu ne trouves pas ?


    Jack tira une dernière fois sur sa cigarette avant de l'écraser contre la semelle de sa chaussure.


    - En effet … généralement, tes fantômes sont du genre à te harceler.

    - Je l'ai suivi, m'attendant à ce qu'elle me demande finalement un peu d'aide pour que son âme soit enfin en paix. Mais à la place, elle m'a juste emmené dans une grande chambre avant de disparaître. J'ai un peu regardé, cherchant à comprendre pourquoi et j'ai trouvé ça.


    Il tendit alors une coupure d'un vieux journal à Jack où l'on avait surligné quelques lignes d'un article.

     

     


    4 commentaires
  • 20

    20

     

     

    « Son corps est resté huit mois à se décomposer avant que quelqu'un ne la retrouve enfin. Pensant que la jeune femme avait quitté la ville, personne ne s'est vraiment soucié de sa disparition, pas même sa famille qu'elle avait quitté des années auparavant. »

    Jack releva les yeux vers Simon, l'interrogeant du regard. Il n'arrivait pas à faire le lien entre le fantôme d'une gamine et la découverte du corps d'une femme.


    - Le journal date de 1964, et je te parie que cette femme est ici quelque part murmura Simon faiblement.

     

     

     

    Voilà, fin de la quatrième MAJ. Pour les lecteurs de DBE, vous pouvez remarquer que la maison de notre petit démon a un peu évolué. Personnellement, je suis fan de mon travail (pour une fois que je réussis un décor xD).

    Je vous laisse méditer sur la tournure que prendra l'enquête lors de la prochaine maj. Pour moi, il est temps d'aller me pieuter (vous serez ravis d'apprendre que je viens de terminer mes partiels et que j'ai du sommeil en retard xD)

     

    Bisous à tous mes lecteurs, même les fantômes qui sont légions (merde les gars, 25 visiteurs, plus de 360 pages vues à la journée et personne qui se manifeste. Allez, un petit geste pour motiver l'auteur Y_Y) et on se retrouve bientôt

     


    13 commentaires
  • 21

    21

     

    - On fait quoi alors ? Questionna Jack, impatient

    Simon se pinça l'arête du nez et garda le silence un instant avant de finalement répondre :

    - On peut déjà commencer par faire un tour des lieux tous les deux, histoire de se repérer un peu, et ensuite, selon ce qu'on trouvera, on improvisera.

     

    21

     

    Improviser, c'était ça le problème. Jack n'aimait pas improviser lors d'une enquête. Soucieux de vouloir récolter le plus de preuves possible de l'existence de la vie après la mort – et de qualité, s'il vous plaît- il passait généralement des heures entières à étudier les témoignages d'inconnus, les résultats des précédentes enquêtes menées par des groupes différents, et à mettre au point un plan d'attaque. Mais ici, dans cette maison, il n'avait eu aucun support pour réellement se préparer. Rien qui ne puisse lui donner une piste à suivre. Rien, sauf les pouvoirs de Simon.


    Un médium est une personne sensible aux phénomènes échappant généralement aux cinq sens de l'être humain Il voit ce que les autres ne peuvent voir, ressent ce que les autres ne peuvent ressentir et on dit d'eux qu'ils sont capable de communiquer avec l'au-delà. On les retrouve dans bien des domaines, mais ils ont très souvent mauvaise réputation à cause d'un trop grand nombre de charlatans. Sans compter le scepticisme dont beaucoup d'individus font preuve. Alors les médiums préfèrent bien souvent garder jalousement leur pouvoirs pour éviter les ennuis. A trop se faire traiter de fou, ne finit-on pas par le devenir ?


    1 commentaire
  • 22

    22

    Simon avait toujours vu les morts, d'aussi loin qu'il pouvait s'en souvenir, mais il n'avait pas tout le temps assumer ce don. Lorsqu'il rencontra Jack, il était loin d'être la personne calme et posée que l'on connaissait.

     

    Leur première rencontre s'était faite à l'hôpital. Jack, qui avait passé plus d'une heure entre les mains d'un kiné à qui la douceur faisait grandement défaut, avait décidé de souffler un peu en fumant une cigarette sur un balcon, loin de tout le brouhaha habituel de l'accueil et des regards indiscrets.

    22

    Il était seul, sa clope au bec, lorsqu'un parfait inconnu le rejoignit. Jack lui lança un regard en coin – il n'avait pas le droit de fumer à cause de ses médicaments et n'avait pas très envie de se faire sermonner par un infirmier- avant de retourner à la contemplation du parking en contre-bas. C'était un patient qui avait l'air tout aussi paumé que lui. Un petit nouveau à qui l'enfermement ne réussissait pas. En même temps, il fallait avouer que l'enfermement ne réussissait à personne et le délicat parfum de l'antiseptique ne rendait pas la chose plus facile à supporter.

    - Excuse-moi, t'aurais pas une cigarette ? Lui lança l'individu

    Jack tourna lascivement la tête vers lui et le détailla de haut en bas. Il était grand avec de longs cheveux d'ébènes retombant librement sur ses épaules. Son visage, fin, était creusé au niveau des joues tandis que d'énormes cernes se dessinaient sous ses yeux noirs. Il se tenait là, tout proche de son fauteuil roulant, accoudé au balcon d'une manière bancale. Et tout son être tremblait. Sous son regard insistant, Jack lui lança son paquet.

     


    2 commentaires
  • 23

    23

     

    - Tiens, sers toi. Mais j'suis pas un distributeur automatique. Il marqua une pause. Ici, c'est un peu comme la taule. Si tu veux fumer, t'as intérêt à avoir quelqu'un pour te ramener des clopes. Et ne pas te faire caler par un infirmier. Sinon, on t'emmerde parce qu'il y a un « effet d'interaction » avec les traitements et tout le bordel.

    L'inconnu hocha la tête et lui rendit son paquet de Chesterfield.

     

    - T'en fais pas pour la clope, la prochaine fois qu'on se croise, c'est moi qui offre. Contrairement à toi, j'ai le droit de fumer lui répondit-il avec un petit sourire. Le seul truc qui m'pose problème, c'est que je ne peux pas sortir ...

    Son regard se perdit dans le lointain et Jack se demanda sur quel genre d’énergumène il était tombé.

     

    23



    - Tu sais, le principe d'un hôpital, c'est de te garder enfermer.

    Sur cette dernière phrase, il lança son mégot par dessus la rambarde, peu lui importait qui se trouvait en dessous, et il regagna sa chambre. Cela faisait exactement quatre mois que son accident de voiture avait eu lieu et qu'il occupait une chambre à l'Hôpital Saint-Ange.


    3 commentaires