• 34

     34

     

     

    Il venait d'éteindre son dictaphone et il s'apprêtait à faire de même avec sa caméra lorsqu'un bruit sourd résonna, lui donnant cette étrange impression que toute la bâtisse avait tremblé. Il tendit l'oreille, son cœur battant à tout rompre. Était-ce Simon ? Avait-il fait une chute ? Lui était-il arrivé quelque chose de grave ? Sans même chercher à réfléchir - il aurait très bien pu l'appeler avec son talkie-walkie – il se précipita hors du bureau, sa torche vissée à la main.

    - Simon appela-t-il, sa voix tremblant légèrement.

    Si ça se trouve, ses provocations avaient fait leur effets et le démon venait peut-être de s'attaquer à son ami. Après tout, il n'était pas sans ignorer que les médiums sont des proies de choix pour ces entités puissantes.

    - Simon ?

    Il posa le pied sur la première marche de l'escalier, mais il arrêta son geste. Dans son dos, un porte venait de se refermer en grinçant doucement sur ses gonds. Cette fois-ci, il pensa à son talkie-walkie :

    - T'es où ? Murmura-t-il, dissimulant tant bien que mal son inquiétude.

    L'engin grésilla dans sa main et immédiatement après, il eut une réponse.

    - Dans la chambre. Enfin, pas celle où tu m'a laissé. Je suis dans une chambre quoi.

    - T'es pas descendu ?

    - Non

     

    Il resta suspendu un moment dans le vide, prenant lentement conscience de la réalité de la situation.

    - T'as trouvé quelque chose ? Lui demanda Simon, lui faisant reprendre pied.

    Jack regarda son talkie-walkie comme s'il s'agissait d'un objet sorti tout droit d'une autre époque, puis enfin, après une seconde qui lui parut durer une éternité, il pressa le bouton et s'entendit répondre, lointain :

    - Peut-être bien, je vais voir et je te tiens au courant.

    Et il rangea l'engin à sa ceinture. Son cœur cognait fort dans sa poitrine lorsqu'il gagna le fond du couloir. La lumière blafarde de sa torche projetait des des ombres difformes sur les murs moisis, tels des monstres dangereux. Il éclaira les portes qui se présentaient à lui.

     


    1 commentaire
  • 35

    35

     

     

    - Qui est là ? Chuchota-t-il à peine

    Aucune réponse.

    - Pouvez-vous faire du bruit à nouveau ?

    Il tendit l'oreille, prêt à bondir s'il obtenait le moindre signe. Le plancher à ses côtés craqua, à peine audible, et la lumière de sa lampe vacilla. L'espace d'un instant, les ténèbres le submergèrent. Un sourire froid barra sa face.

    - Vous vous décidez finalement, j'apprécie le geste !

    Il dégaina à nouveau son dictaphone, il avait une session de PVE à finir, lorsqu'il repensa à sa caméra oubliée. Elle tournait toujours et il ne voulait pas gaspiller bêtement sa batterie.

    - Je sais que vous pompez de l'énergie des appareils électriques pour vous manifester, d'où la faiblesse de ma torche. J'ai une caméra, batterie presque pleine, elle est là rien que pour vous ajouta-t-il l'air de rien en se dirigeant vers le bureau.

     

     

    35

     

     

    Mais alors qu'il remontait le couloir, le faisceau de sa torche s'arrêta sur une porte. Elle était entrouverte et à l'intérieur se reflétait le rayon lumineux de sa lampe. Il s'approcha avec précaution : lors de son premier passage, il avait fouillé chaque pièce et tout était vide. Vide ! Alors qu'est-ce que cela pouvait être ?! Il poussa un peu plus la porte et il comprit aussitôt d'où venait le bruit sourd qui l'avait tant perturbé. Sur le mur face à lui, il pouvait aisément distinguer sa silhouette dissimulée derrière un immense halo de lumière. Un grand miroir était apparu comme par magie. Orné d'une dorure épaisse, sa base s'était fissurée en heurtant le sol lourdement.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Salut les amis, comment allez vous ?

    Alors, que pensez-vous de cette MAJ ? Hanté, pas hanté ? Démon, pas démon ?
    Pour les curieux, le coup du miroir m'a été inspiré par un cours de psy du développement et c'est durant ce cours qu'est née l'idée d'une histoire parallèle à DBE. Voilà voilà, ça avait sa petite importance xD

     

    Bref, j'en étais où moi ... Ah oui, des idées sur la tournure des événements, sur ce qui va arriver à mes petits chasseurs de fantômes ?

     

     

     

    musique du moment :

    (grosse pensée pour Skoldasy ^__^)

     


    9 commentaires
  • 36

    36

     

    Les yeux clos, il se concentrait sur sa respiration. Inspiration. Expiration. Il devait faire du vide dans ses pensées, mais c'était devenu vraiment compliqué, surtout depuis que Jack l'avait contacté. Son esprit tout entier était en proie à l'excitation.

     Il était enfermé dans une chambre, une chambre d'enfant sûrement. Le papier peint, jadis coloré et aux motifs fleuris, n'était plus qu'un reflet noirci d'une époque aujourd'hui révolue. Il était assis par terre, à même un parquet par endroit vermoulu, dissimulé par les restes d'un cadre de lit métallique. Contrairement au rez-de-chaussée qui avait subi de nombreuses dégradations, l'étage était dans un parfait état - il fallait simplement faire abstraction des dégâts causés par le temps et l'abandon. A croire que personne ne s'était aventuré jusque là. Les jouets, les meubles ... tout était encore là. 

     

    36

     

     C'était étrange, quand même, cette situation. La maison avait été visitée de nombreuses fois, des jeunes y avaient même trouvé refuge, mais ils s'étaient toujours contentés de ce vieux bureau par lequel ils étaient entrés. Pourquoi n'avaient-ils pas installé leur « campement » dans une pièce plus discrète et mieux isolée ? Un long frisson glissa dans son dos : ça et les rumeurs d'enlèvement. C'est vrai, il les avait complètement oubliées. La maison, seul dénominateur commun à toute une série de disparitions. Les services de police pouvaient remonter la trace des individus jusqu'à ce lieu et après, c'était comme s'ils s'étaient volatilisés. Il n'existaient plus, nul part ni pour personne. Tous ces jeunes à la dérive avaient cessé d'être une fois franchi le seuil de la demeure.

     


    votre commentaire
  • 37

    37

     

    Peut-être devait-il se concentrer sur ça ? Peut-être était-ce ça, ce sentiment étrange qui l'envahissait ? Depuis qu'ils étaient entrés, il se sentait vraiment bizarre. Son optimisme naturel l'avait fui et ce soir, pour la première fois depuis son divorce, l'envie de boire refaisait surface. La soif le brûlait de l'intérieur et la porte qui bouclait ses vieux démons s'était entrouverte. Heureusement, ici, il ne trouverait -techniquement- pas de mauvais alcool pour replonger.


    37

     

    Mais dans quoi s'était-il fourré ? Simon soupira et se releva. Que lui arrivait-il ? Depuis qu'il avait accepté son « don » et appris à vivre avec, il avait réussi avec une facilité déconcertante à freiner son alcoolisme. Ça, ainsi que sa tentative de suicide, représentaient ses plus grandes hontes, alors pourquoi l'idée de s'offrir un petit verre lui paraissait si séduisante ?

     


    2 commentaires
  • 38

    38


    Il s'approcha de la fenêtre et observa la rue. Au dehors, tout était désert et un calme oppressant régnait. Même Shane, qui devait les attendre, avait quitté son poste de guet, et il ne restait certainement plus que lui et Jack d'éveillés dans tout le quartier. Bon sang, pourquoi était-il encore ici ?
    Son cœur battant fort, sa respiration saccadée et les grosses gouttes de sueur sur son front : l'ensemble de son être lui hurlait de fuir. Cette baraque lui foutait la trouille (et pour lui faire peur, il en fallait généralement beaucoup) et il n'avait pas besoin d'être médium pour avoir un très mauvais pressentiment sur la tournure qu'allait prendre les événements.

    38


    Il allait se détourner de la fenêtre lorsque quelque chose attira son attention. D'abord, il crut à une simple illusion d'optique. Dans le verre fissuré, il distinguait une masse étrange, peut-être le reflet déformé de sa propre personne. Mais c'était trop fin, trop grand et trop … bizarre. Alors il se retourna vivement, persuadé d'avoir affaire à une nouvelle apparition, mais la chambre était désespérément vide. Alors il observa encore plus attentivement. C'était là, juste à côté de sa propre image. Une ombre, presque de la même hauteur que lui. Il plissa un peu les yeux et pris une profonde inspiration.


    38

    Pourtant rien ne changea et la frustration commençait à le gagner. Il y avait quelque chose, il en était certain. C'était là, juste sous son nez, il n'avait qu'à tendre la main pour le toucher. Mais il n'y avait rien. Il n'y avait foutrement toujours rien ! Il serra le poing. Il devait se reprendre, il y était presque !


    1 commentaire